Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba victime de terroristes protégés par les gouvernements des États-Unis

La Havane, 6 octobre (Prensa Latina) Cuba est victime de terroristes protégés par les gouvernements des Etats-Unis et il est injuste de l’inscrire sur la liste unilatérale de Washington des prétendus pays parrainant ce fléau, a déclaré aujourd’hui une source diplomatique. 

Par le biais de son compte Twitter officiel, la sous-directrice générale pour les États-Unis du Ministère des Affaires étrangères cubain, Johana Tablada, a souligné que l’administration nord-américaine 'doit expliquer pourquoi elle maintient un pays non terroriste sur la liste des États qui parrainent le terrorisme'.

La fonctionnaire a fait remarquer qu’avec cette attitude l'administration actuelle conserve pour des raisons politiques le mensonge de l’ancien président Donald Trump (2017-2021) et de son secrétaire d’État, Mike Pompeo, qui avaient décidé l’incorporation de la nation caribéenne à cette liste.

En outre, Tablada a rappelé l’agression contre l’ambassade de La Havane à Washington, qui a été criblée de balles le 30 avril 2020, sans que la Maison Blanche ne réagisse publiquement à l'événement.

L’île a commémoré aujourd’hui la Journée des victimes du terrorisme d’État, en souvenir des 73 personnes décédées le 6 octobre 1976, lorsqu’un avion de Cubana de Aviacion a explosé en plein vol.

Ceux qui ont orchestré l'attentat, Luis Posada Carriles et Orlando Bosch, ont passé leurs dernières années sous la protection du gouvernement nord-américain, en liberté.

Cuba figure depuis janvier de cette année parmi les pays parrainant le terrorisme selon Washington, l’une des dernières décisions de Trump avant de quitter la Maison Blanche, et s’ajoute à la liste des pays qui ne coopèrent prétendument pas pleinement à la lutte contre ce fléau.

Selon des experts, les États-Unis utilisent de manière coercitive ces listes pour punir d’autres États.

Selon la Demande du peuple cubain au Gouvernement des États-Unis pour dommages humains, présentée à La Havane le 31 mai 1999, le terrorisme a été un instrument permanent de la politique étrangère de Washington contre le pays caribéen.

Dans ce contexte, le territoire a été la cible d'une guerre biologiques, de sabotages contre des hôtels, des magasins, des bureaux, d'agression contre le personnel cubain à l’étranger, ainsi que d’attaques contre des installations côtières, des navires marchands et des bateaux de pêche, qui ont causé la mort de 3 478 personnes et blessé deux mille quatre-vingt-dix-neuf personnes.

peo/msm/cgc