Agence de Presse de l'Amérique Latine

Triomphe des idéaux le premier jour de liberté des Cubains

Par Marta Denis Valle (*)

La Havane (Prensa Latina) "Cuba doit être une grande nation civilisée pour tendre un bras amical et un cœur fraternel à tous les autres peuples", a dit autrefois Carlos Manuel de Céspedes lorsqu'il a déclaré l'indépendance, pris les armes avec d'autres patriotes et libéré ses esclaves.

Le 10 octobre 1868, l'avocat insurgé Céspedes réalise un triomphe des idées indépendantistes contre le fondamentalisme hispanique et les courants réformistes et annexionnistes en faisant sonner la cloche dans sa sucrerie La Demajagua à Manzanillo, dans l'est de l'île, devant quelque 500 insurgés rassemblés.

Ce matin-là, le patricien a prononcé la déclaration d'indépendance connue sous le nom de Manifiesto de la Junta Revolucionaria de la Isla de Cuba ou Manifiesto del 10 de Octubre (Manifeste de la Junte révolutionnaire de l'île de Cuba ou Manifeste du 10 octobre).

« Citoyens, a-t-il dit, ce soleil que vous voyez se lever au-dessus du sommet du Turquino vient illuminer le premier jour de liberté et d'indépendance de Cuba ».

Les yeux fixés sur la dotation de sa petite plantation de sucre, il s'exclame : "Citoyens, jusqu'à présent vous avez été mes esclaves. A partir de maintenant, vous êtes aussi libre que moi. Cuba a besoin de tous ses fils et filles pour conquérir son indépendance".

Et il a souligné : "Ceux qui veulent me suivre, qu'ils me suivent ; ceux qui veulent rester, qu'ils restent ; ils resteront tous aussi libres que les autres".

Le geste de Céspedes a précédé l'arrestation des conspirateurs, comme le prévoyait un ordre du capitaine général espagnol Francisco Lersundi, ce qui aurait retardé indéfiniment le processus.

LE DÉBUT DE LA GUERRE DE 10 ANS

C'est ainsi que débute cette première guerre d'indépendance, qui durera 10 ans et aura un caractère de libération nationale, démocratique et anti-esclavagiste.

Une conscience nationale patriotique a mûri parmi les Cubains et, bien que l'oligarchie esclavagiste soit restée soumise à l'Espagne jusqu'à la fin du XIXe siècle, la nation cubaine a été fondée une fois pour toutes.

Elle a été suivie de la "petite guerre" (1879-1880) et de la guerre d'indépendance (1895-1898) organisée par José Martí.

Le lourd fardeau de l'esclavage sur l'économie de la colonie a permis à l'Espagne de maintenir Cuba enchaînée lorsque la plupart des pays d'Amérique espagnole avaient obtenu leur indépendance.

Selon les données de 1862, sur une population totale de 1 359 000 habitants, quelque 500 000 étaient des personnes dites « de couleur »,  ce que les idéologues colonialistes brandissaient comme danger de peur du mouvement d'émancipation.

Au moment du déclenchement de la révolution, la population d'esclaves comptait environ 300 000 hommes et femmes, dont plus de 70 % dans la région occidentale. Il y avait également environ 200 000 mulâtres et noirs libres (41,3 % à l'Ouest, 20,5 % au Centre et 38,2 % à l'Est).

La question de l'abolition de l'esclavage s’est imposée lors de la révolution de 1968. Par la suite, l'article 24 de la Constitution de Guáimaro a consacré le principe "Tous les habitants de la République sont entièrement libres".

UN ÉVÉNEMENT QUI A MARQUÉ L'HISTOIRE CUBAINE

La lutte révolutionnaire qui a déclenché le 10 octobre 1868 a été suivie dans d'autres régions du pays et, bien qu'elle n'ait pas atteint son objectif d'indépendance et d'abolition définitive des esclaves, elle a exercé une influence décisive sur l'histoire cubaine.

Selon le leader Fidel Castro, incarnation d’idéaux précédents, dans son discours mémorable prononcé en 1968 à l’occasion du centenaire de l'acte historique, « il n'y a qu'une seule Révolution cubaine depuis celle déclenchée par Céspedes à nos jours, en passant par celle qui a triomphé le 1er janvier 1959.

Aujourd'hui, Cuba tend un bras amical et un cœur fraternel à tous les autres peuples, comme prévu par le Père de la Patrie Cespedes, et reçoit le soutien et la solidarité des nations du monde entier.

(*) Historien, journaliste et collaborateur de Prensa Latina

jcc/arb/mdv/cvl