Articles

Progrès et défis deux ans après l'épidémie au Chili

Santiago du Chili (Prensa Latina) Les Chiliens commémorent le deuxième anniversaire de l'explosion sociale avec des progrès dans la rédaction d'une nouvelle constitution et des tâches en suspens dans les enquêtes et les sanctions des violations des droits de l'Homme. 

Le 18 octobre 2019, un mouvement mené par les étudiants a débuté dans la capitale contre l'augmentation des tarifs du métro, qui s'est ensuite étendu à tout le pays et a démontré le mécontentement de la population face aux inégalités sociales et au modèle néolibéral.

L'une des principales revendications des révoltés était de modifier la constitution actuelle, héritée de l'époque de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), et de renforcer le rôle de l'État dans la fourniture des services de base.

Installée le 4 juillet après élection par vote populaire de ses 155 membres, dont 17 issus des peuples autochtones, la Convention constitutionnelle a déjà approuvé son règlement intérieur et entame aujourd'hui la rédaction de la nouvelle loi fondamentale.

Ce Chili n'est pas le même qu'avant le 18 octobre. La volonté de construire une démocratie robuste et diverse s'est installée", a écrit l'universitaire mapuche et présidente de la Convention constituante, Elisa Loncon, sur son compte Twitter.

Les manifestations d'octobre ont été violemment réprimées par les carabiniers et les forces militaires, faisant une trentaine de morts, des milliers de blessés et 460 personnes souffrant de lésions oculaires causées par des plombs ou des gaz lacrymogènes. 

« Deux ans après l'explosion sociale nous sommes plus proches de l'impunité que de la vérité et de la justice », a dénoncé le directeur de l'Institut national des droits de l'Homme (INDH), Sergio Micco.

Un rapport de l'INDH montre que sur les 3 72 plaintes déposées par l'organisation concernant des violences policières, seules quatre ont donné lieu à des condamnations.

Le directeur de l'INDH a regretté que l'État ne remplisse pas son devoir de punir les violations graves des droits de l'Homme et qu'aucun progrès n'ait été réalisé dans la réforme des forces de police.

« Le 18 octobre marque un moment de commémoration du pays que nous devons construire", selon le candidat de gauche à la présidence, Gabriel Boric.

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'épidémie, les organisations sociales ont appelé à une manifestation sur la Plaza Baquedano de la capitale, baptisée Plaza de la Dignidad, où le gouvernement a annoncé le déploiement de cinq mille carabiniers.

Des manifestations similaires auront également lieu dans d'autres grandes villes du pays pour réclamer justice, des réparations pour les victimes et la libération des prisonniers politiques.

jcc/oda/car