Agence de Presse de l'Amérique Latine

Assassinat d’un professeur universitaire en Haïti

Port-au-Prince, 1er novembre (Prensa Latina) L’Office national de protection du citoyen (OPC) a condamné aujourd’hui l’assassinat du professeur d’université haïtien Patrice Derenoncourt, qui avait été séquestré les deux dernières semaines.

L’organisation de défense des droits de l’Homme dénonce la montée de l’insécurité dans le pays qui a explosé depuis le milieu de l’année 2020 et qualifie l’augmentation des enlèvements d’acte terroriste et de crime contre l’humanité.

Derenoncourt a été kidnappé le 16 octobre dans la rue Cameau, tout près du principal cimetière de Port-au-Prince, et un agent de la brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants a été tué alors qu’il tentait d'intervenir.

Selon la presse locale, l’universitaire aurait essuyé plusieurs coups de feu au cours de l’incident et serait décédé quelques heures plus tard, mais les membres de sa famille ont payé un lourd tribut pour sa libération.

"Monsieur Derenoncourt était un professeur compétent, discipliné et jovial qui était toujours au service de ses élèves et prêt à collaborer avec ses collègues professeurs", a rappelé l’OPC dans un communiqué.

L'entité a précisé que son meurtre est un coup dur porté contre l’université et la communauté académique.

Derenoncourt était ingénieur, juriste, criminologue, politologue, membre du barreau de Port-au-Prince et du Centre Toussaint Louverture pour les droits de l’Homme.

Il a également été membre fondateur de l’Institut des politiques publiques, a rappelé son collègue Yves Lafortune.

Rien qu’au cours des 16 premiers jours d’octobre, le Centre d’analyse et de recherche sur les droits de l’Homme a enregistré 119 enlèvements, dont 16 missionnaires des États-Unis et du Canada qui sont toujours entre les mains de leurs ravisseurs.

La veille, un couple a été enlevé à Montagne Noir, un quartier aisé de la capitale, et jusqu’à présent on ne connaît pas le montant de la rançon exigée.

peo/mem/Ane