Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les prix alimentaires mondiaux montent en flèche depuis 2011

Rome, 4 novembre (Prensa Latina) Pour le troisième mois consécutif en octobre, les prix mondiaux des denrées alimentaires ont augmenté et atteint leur plus haut niveau depuis juillet 2011, a rapporté aujourd’hui la FAO.

Dans son rapport mensuel, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a souligné qu’au cours du dixième mois de l’année l’indice des prix internationaux d’un panier de denrées alimentaires a enregistré une moyenne de 133,2 points en octobre, soit 3 pour cent (3,9 points) de plus qu’en septembre.

Cela représente également une augmentation de 31,3 % par rapport à octobre 2020, indique le rapport en précisant qu’après une hausse consécutive de trois mois, l’indice a atteint son niveau le plus élevé depuis juillet 2011, face à une hausse de la cotation sur les marchés des céréales et des huiles végétales.

En octobre, les céréales ont augmenté en moyenne de 3,2 pour cent par rapport à septembre et de 22,4 pour cent par rapport à leur niveau d’il y a un an, avec une augmentation pour toutes les principales céréales.

Parmi ceux-ci, le blé a augmenté de 5 pour cent, soit son niveau le plus élevé depuis novembre 2012, en raison notamment de la baisse de la disponibilité sur les marchés mondiaux due à la baisse des récoltes dans les principaux pays exportateurs, en particulier le Canada, États-Unis et Russie.

Alors que les huiles végétales ont également connu une hausse de 9,6 pour cent le mois dernier par rapport au mois précédent, et le niveau le plus élevé de tous les temps, motivé par le renforcement des cotations des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza.

La hausse s’est produite à la fois pour le beurre, le lait écrémé en poudre et le lait entier en poudre en octobre pour le deuxième mois consécutif en raison de la forte demande mondiale d’importations.

Toutefois, les prix de la viande ont baissé de 0,7 pour cent par rapport à leur valeur révisée de septembre et au troisième mois consécutif de baisse, bien qu’il soit supérieur de 22,1 pour cent à sa valeur au même mois de 2020.

peo/mem/smp