Agence de Presse de l'Amérique Latine

« Le gouvernement des Etats-Unis n'a pas aidé Cuba à lutter contre la Covid-19 »

La Havane, 10 novembre (Prensa Latina) Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a nié que le gouvernement étasunien  ait offert une aide humanitaire au pays des Caraïbes pour contrer la Covid-19, même au moment où Cuba avait besoin d'oxygène médical.

Devant le corps diplomatique accrédité dans la nation cubaine, le chef de la diplomatie a souligné qu'aucune tonne de nourriture ou de médicaments n'est arrivée sur l'île en provenance de Washington.

"Au contraire, des obstacles ont été mis sur la voie des collectes et des efforts des groupes de solidarité, des Cubains et des organisations de la société civile étasunienne alors  que  la valeur morale de cet aide humanitaire est colossale pour notre peuple", a-t-il précisé.

M. Rodríguez a fait remarquer que vendredi dernier "Les États-Unis ont proposé d'envoyer un million de doses d'un de leurs vaccins avec l'obligation de réaliser des études cliniques dans le pays".

Parmi ses exigences figurent également la responsabilité juridique de la compensation des effets secondaires, des études cliniques sur la compatibilité avec les immunogènes cubains et le contrôle par les agences étasuniennes de l'application de ces vaccins.

"Cette offre, si elle est sérieuse, notre pays la reconnaît et l'apprécierait comme un acte allant dans la bonne direction", a-t-il souligné.

M. Rodríguez a souligné que les vaccins cubains ont été reconnus par l'organisme de réglementation de l'île et a mis en évidence leur capacité à contrôler l'incidence de la Covid malgré  les hostilités des États-Unis.

Le ministre a rejeté l'imposition de nouvelles exigences aux citoyens cubains souhaitant se rendre aux États-Unis, notamment celle d'être vaccinés avec des immunogènes reconnus par ce pays ou par l'OMS.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a dénoncé la poursuite des mesures unilatérales contre le regroupement familial et l'octroi de visas, en violation des accords sur cette question entre les deux pays.

jcc/mem/idm