Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des entreprises chinoises engagent une exploration des projets d'extraction de lithium en Afghanistan

Pékin, 24 novembre (Prensa Latina) Les représentants de plusieurs entreprises chinoises sont arrivés en Afghanistan avec des visas spéciaux; certains explorent des projets d'extraction de lithium et d'autres ont déjà conclu des contrats en cette matière, a rapporté aujourd'hui la presse locale.

Selon le Global Times, le voyage a eu lieu au début du mois après une coordination entre le comité de promotion économique et commerciale sino-arabe et le ministère afghan des mines.

Dans le cadre de ces liens amicaux, ajoute le journal, « les entreprises chinoises s'intéressent de plus en plus au secteur minier afghan, car les vastes réserves de cuivre et de lithium du pays sont estimées à plus de 1 000 milliards de dollars ».

Les experts estiment que l'État d'Asie centrale peut même rivaliser avec la Bolivie, actuellement leader mondial en matière de gisements de lithium.

Toutefois, les entreprises chinoises s'inquiètent de l'incertitude et de la sécurité du territoire afghan, qui a été plongé dans la crise après le départ des troupes étasuniennes cet été.

Certains peuvent attendre jusqu'à ce qu'ils soient sûrs que les conditions s'améliorent et qu'il y ait une stabilité ferme en prenant au titre d’expérience les obstacles du projet de la mine de cuivre d'Aynak.

Cette dernière est la deuxième carrière la plus grande du monde. Or  elles n'ont guère progressé en raison précisément des problèmes d'insécurité.

Après l'entrée des talibans à Kaboul en août dernier, les autorités de Pékin ont déclaré qu'elles "continueraient à entretenir des relations de bon voisinage, de coopération et d'amitié" avec l'Afghanistan, ont réaffirmé leur non-ingérence dans les affaires intérieures et ont proposé de soutenir la promotion d'une solution politique aux problèmes qui couvent après 20 ans d'occupation.

Leurs entreprises sur place ont commencé à se préparer à étendre leurs investissements une fois la reconstruction commencée, le gouvernement a promis de fournir des fonds pour le processus et a même envoyé une certaine aide.

En effet, un autre train avec 1 000 tonnes de produits humanitaires est parti pour le pays.

Toutefois, la Chine a insisté pour que le mouvement honore sa promesse de rompre les liens avec toute organisation terroriste, de combattre le mouvement islamique du Turkestan de l’Est  et de résoudre les problèmes qui entravent le maintien de la paix régionale et le développement de la coopération.

Elle a appelé les talibans à adopter une attitude ouverte, tolérante et respectueuse des droits fondamentaux des femmes et des enfants sur la voie de la reconstruction du pays.

jcc/mem/ymr