Articles

Des victimes de la guerre en Colombie demandent la mise en œuvre de l'accord de paix

Bogotá, 24 novembre (Prensa Latina) Des victimes du conflit armé en Colombie ont demandé aujourd'hui au gouvernement d'Iván Duque de mettre en œuvre l'accord de paix de manière exhaustive, cinq ans après sa signature.

Lors d'une cérémonie solennelle tenue au siège de la Juridiction spéciale pour la paix, les enfants des personnes assassinées et disparues ont été les premiers à s’y rendre

Cela s'est produit depuis la création du parti en 1984 jusqu'en 2002 ou 2004, laissant des milliers de victimes d'assassinats, de tortures, de disparitions forcées, de déplacements forcés et d'exil.

Selon la Cour interaméricaine des droits de l'Homme, entre 1985 et 1993, 1 163 membres ont été assassinés et 123 ont disparu, dont la plupart étaient des hommes.

José Antequera, dont le père a été tué pendant le génocide contre les membres de l'Unión Patriótica, a souligné que "la paix est en marche" en Colombie et que des progrès ont été réalisés dans différents domaines. Cependant, en ce qui concerne le système intégral de vérité, de justice et de réparation, il a signalé qu'il y a un aspect "qui ne va pas".

Il s'agit, a-t-il dit, « du Centre national de la mémoire historique, dont l'ancien directeur a été écarté de l'association des plus importants sites de conscience du monde ». 

Il a appelé le président Iván Duque à comprendre la question de la mémoire afin que les nouvelles générations puissent apprendre la vérité.

D'autres personnes, représentant les neuf millions de victimes du conflit armé interne, ont reconnu les avancées de l'accord de paix et en particulier la justice transitionnelle, mais ont souligné que le processus ne devait pas être tiède. 

Dans ce sens, ils ont demandé d'apporter la paix avec des garanties de vie dans les territoires, où les familles les plus touchées par la guerre continuent de vivre et où elles attendent toujours un changement qui donne vie au pacte historique et une solution aux problèmes qui ont déclenché la guerre.

La cérémonie solennelle s'est déroulée en présence du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, du président Duque, du président du parti communiste, Rodrigo Londoño, et de l'ancien président Juan Manuel Santos, ainsi que de magistrats de la juridiction spéciale pour la paix.

Le Premier ministre norvégien, Jonas Gahr Støre, le Président cubain, Miguel Díaz-Canel, et l'ancien Premier ministre espagnol Felipe González ont également participé par vidéo enregistrée.

Les négociations de paix et les dialogues entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les FARC-EP se sont conclus en 2016 par la signature de l'Accord qui a mis fin à un long conflit armé.

Il a été signé à Carthagène le 26 septembre de la même année, mais il devait être approuvé par un plébiscite dans lequel les citoyens devaient voter oui ou non.

Le non l'a emporté et a contraint le gouvernement à le renégocier, et les deux parties se sont entendues sur un nouveau texte, ratifié par le Sénat et la Chambre des représentants en novembre.

Les pourparlers et les négociations ont eu lieu à La Havane, à Cuba, qui, avec la Norvège, a joué le rôle de garant, tandis que le Chili et le Venezuela étaient des pays accompagnateurs. 

 jcc/mgt/otf