Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Barbade devient une nouvelle République des Caraïbes

Bridgetown, 30 novembre (Prensa Latina) La Barbade a été inaugurée aujourd'hui en tant que nouvelle République, après avoir mis fin aux vestiges du passé colonial et placé une de ses femmes à la tête de l'État à la place de la reine Elizabeth II du Royaume-Uni.

Le statut républicain a débuté dès la première minute mardi avec l'investiture de Sandra Mason en tant que présidente déclarant que le pays conserverait ses "traditions, son héritage et son patrimoine, gagnés à la sueur des Barbadiens et hérités de nos ancêtres".

Dans un discours prononcé lors de la cérémonie qui a mis fin aux liens coloniaux et ouvert une nouvelle ère de l'histoire, Mme Mason, ancienne juriste de 72 ans, a insisté sur l'unité de ses compatriotes pour faire avancer le pays en tant que République. Depuis l'indépendance (1966), « nous avons construit une réputation internationale ancrée sur nos caractéristiques, nos valeurs nationales, notre stabilité et nos succès, avec un sens clair de qui nous sommes et de ce que nous sommes capables d'accomplir », a-t-elle souligné.

Il a dit que le pays était en train de donner une nouvelle orientation à sa boussole dans un monde plus complexe, fracturé et turbulent.

Aujourd'hui, à l'occasion du 55e anniversaire de son indépendance, la Barbade est le quatrième pays des anciennes possessions de Londres dans les Caraïbes à retirer le monarque britannique de la tête de l'État. La Guyane (1970), Trinité-et-Tobago (1976) et la Dominique (1978) sont arrivées en tête.

L'idée d'une République sur cette île des Caraïbes, qui compte un peu moins de 300 000 habitants pour un territoire de seulement 267 kilomètres carrés, est apparue dans les années 1970 avec la création d'une commission chargée d'étudier cette possibilité, mais elle s'est prononcée contre ce changement.

Une autre tentative similaire a eu lieu en 1996, lorsque l'initiative a été approuvée lors d'une révision de la constitution et qu'un référendum a été organisé, qui devait être avalisé par le parlement, mais qui a été dissous avant que le projet de loi ne soit finalement adopté.

jcc/mem/vc