Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Colombie : deux femmes à des chirurgies esthétiques

Bogota (PL) Deux femmes sont mortes dans les dernières 24 heures dans la ville colombienne de Cali, après avoir subi des interventions esthétiques des cliniques, a déclaré aujourd'hui le Conseil National de Médecine Légale et Sciences Judiciaires.

Les deux avaient 34 à 53 ans et ont été soumises à des interventions chirurgicales à la clinique de quartier Tebol et un autre centre médical du même type, appelée Orbes, situés dans le quartier de Tequendama, dans le sud de Cali, respectivement.

La deuxième victime vivait aux Etats-Unis, où elle avait un centre de beauté à Manhattan.  Les deux ont subi des lipectomies et plasties abdominale set selon le rapport préliminaire publié par les autorités sont décédées.

Les autorités de santé mêmes ont rappelé qu’au cours des 30 derniers jours on a rapporté la mort à Cali de cinq femmes, après avoir subi une chirurgie plastique.  Environ quatre personnes meurent chaque année dans la capitale de la vallée après une chirurgie plastique, selon une recherche réalisée par les mesures de la Faculté des Sciences de la Universidad Icesi.

Le centre de recherche dit que c’est un chiffre alarmant, étant donné que dans les 17 dernières années,  déjà 65 personnes ont perdu la vie dans les salles d’opération de cette ville dans les soins de beauté, neuf d'entre eux dans des cas venant de l’étranger.

Dans les villes colombiennes de Cali et Medellin quelque 200 mille chirurgies plastiques sont effectuées chaque année pour les nationaux et étrangers.

Entre les interventions qui ont causé le plus de morts dans les deux villes de ce pays andin, qui comprend les deux enfants, incluent la liposuccion et l’injection des biopolymères dans les fesses.

Ce type de procédures précise qu’en général, les décès surviennent à cause de l’embolie de graisse (obstruction d’un vaisseau sanguin) et une hémorragie interne.  Ces pratiques massives avaient leur domicile à Cali et Medellin depuis la fin des années 80 (siècle dernier), ce qui coïncide avec le renforcement des cartels de la drogue, dont les seigneurs payaient les traitements esthétique de leur épouses et amoureux.

rm/arc/fa