Articles

La Bolivie parie sur la production d’urée

 Par Claudia Dupeiron

Correspondante à La Paz

 La Paz (PL) La Bolivie deviendra cette année l’un des principaux pays exportateurs d’urée de la région grâce à l’inauguration d’une usine de production de cet engrais à Bulo Bulo, département de Cochabamba, au mois de mai.

 Au départ l'usine sera soumise à une période d’essai de 30 jours avant le début de la production commerciale. Il s'agit du premier méga projet cent pour cent pétrochimique entrepris par la Bolivie, dont la construction a été  initiée en 2013 et pour laquelle il a fallu un investissement de 900 millions de dollars.

La production de l’engrais comprend trois processus : le traitement des eaux du fleuve Ichoa, la transformation du gaz naturel dans une usine de production d’ammoniaque puis la production de l’urée.

D'après Guillermo Acha, président de la société publique Yacimientos Petroliferos Fiscales Bolivianos (YPFB), l'usine de Bulo Bulo fournira de l'urée à tout le pays, ce qui permettra d’éliminer les importations de cet engrais. La société YPFB estime que la production sera de 2100 tonnes métriques d’urée par jour.

Ceci apportera plus de 200 millions de dollar tous les ans et ajoutera de la valeur au gaz naturel, a dit M. Acha.

L'usine de Bulo Bulo permettra également la récupération de zones de culture, ainsi qu’une utilisation efficace des nouvelles, et la création de pôles de développement pétrochimique et de transfert technologique. L'autre avantage de ce projet est la création de nouveaux postes de travail.

L’urée est l’un des composants chimiques les plus utilisés, pour sa teneur riche en azote qui permet la croissance des plantes et l’amélioration du rendement des cultures. Il est utilisé fondamentalement dans la culture du riz, de la canne à sucre, du sorgo, de la pomme de terre, des fruits et des légumes.

LA COMMERCIALISATION ET  LE TRANSPORT DE L’ENGRAIS.

Luis Alberto Sanchez, ministre des Hydrocarbures, a déclaré qu’une entreprise brésilienne et une autre argentine envisageaient de signer des accords avec YPFB. Ces accords comprendraient l’achat de 700 000 tonnes métriques soit 80% de la production d'urée de l'usine de Bulo Bulo.

Pour sa part, le gouvernement du Salvador s’est montré intéressé par l’achat de gaz de pétrole liquéfié. L’Amérique centrale sera l’un des marchés cibles si les accords se matérialisent.

Par ailleurs, le gaz de pétrole liquéfié sera commercialisé au Honduras, au Guatemala et au Nicaragua.

Pour la transportation d’urée, des conteneurs spéciaux qui seront transportés en wagons, en camions et en trains seront utilisés. Pour se faire 500 conteneurs ayant une capacité de 25 tonnes ont été acquis pour le transport de l’urée granulée.

Dans l’avenir il faudra un service de transport massif afin de transporter toute l’urée produite dans l'usine de Bulo Bulo.

 

alb/car/cdg