Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba dénonce à l'ONU le manque de transparence du Conseil de Sécurité

Nations Unies, (PL) Cuba a plaidé pour un Conseil de Sécurité plus transparent et démocratique, qui remplisse le mandat de la Charte de l’organisation qui est de représenter tous les États membres en ce qui concerne le maintien de la paix.


Lors d'une session de l'Assemblée Générale des Nations Unies dédiée au travail de l'organe de 15 membres, l'une des représentante permanente de l'île, Ana Silvia Rodriguez, a demandé des « changements urgents dans les méthodes de travail du Conseil pour garantir une réelle participation de tous ses participants aux activités et prises de décisions ».

« Cuba propose de nouveau que les concertations à huis-clos soient l'exception ; que sa composition soit élargie dans les deux catégories, permanents et non-permanents, sans critères sélectifs ou discriminatoires, dans l'objectif de rectifier l'insuffisante représentation des pays en voie de développement au sein de cet organe ; et que disparaisse l'obsolète et antidémocratique droit de véto », a-t-elle affirmé.

Rodriguez a également plaidé pour la formalisation du règlement du Conseil de Sécurité, qui est toujours provisionnel depuis plus de 70 ans.

Au sujet de la discussion à l'Assemblée Générale d'un rapport sur les actions du Conseil durant la dernière année, la diplomate a déploré que « tout comme les précédents, le document n'est qu'un simple résumé descriptif des réunions, activités et décisions ».

« La majorité des États membres des Nations Unies, nous avons réitéré la nécessaire présentation d'un document annuel exhaustif et analytique au sujet des travaux de cet organe », a-t-elle signalé.

Lors de son intervention, l'ambassadrice cubaine à demandé jusqu'à quand la communauté internationale devra attendre pour que « ce procédé formel et peu substantiel se convertisse en un réel rapport de toutes les actions du Conseil à l'Assemblée Générale ».

peo/lma/wmr