Articles

À l'ONU, la RPDC soutient la dénucléarisation et insiste sur le droit de se défendre

Nations Unies, 17 octobre (Prensa Latina) La République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) a manifesté son soutien à un monde libéré des armes nucléaires, mais a insisté sur le droit de se défendre des menaces belliqueuses des États-Unis.


Lors du débat de la Première Commission de l'Assemblée Générale de l'ONU, le représentant permanent de la RPDC, Kim In Ryong, a assuré aux membres de l'organisation que son pays soutient la dénucléarisation globale encouragée par le Traité pour l'Interdiction de ces armes qui a été adopté le 7 juillet dernier et ouvert à signature le mois dernier.

« De manière cohérente, nous avons soutenu l'élimination de ces armes dans le monde entier, mais tant que les États-Unis les utilisent comme un instrument de menace, de pression et de chantage, nous ne serons pas en position d'intégrer ce traité », a-t-il prévenu durant cette commission chargée des affaires de sécurité et de désarmement.

Kim a dénoncé le fait que les tensions qui règnent dans la péninsule coréenne sont le « résultat de l'hostilité de Washington dans la région, où plusieurs milliers d'effectifs étasuniens sont déployés et où sont réalisés des exercices militaires qui constituent un acte de guerre ».

Selon le diplomate, « pour que se matérialisent d'importantes avancées dans les efforts destinés à éradiquer ces armes dangereuses, il faut que les grandes puissances qui les possèdent jouent un rôle principal ».

« Ces nations devraient faire preuve de leadership, suspendre leur doctrine de la frappe préventive et retirer les armes nucléaires situées en dehors de leur territoire », s'est-il clairement exprimé en allusion aux États-Unis, qui possèdent l'arme nucléaire dans la péninsule coréenne.

Le représentant de la RPDC a accusé la Maison Blanche de développer des plans, qu'il a qualifié d'« insultes à la dignité nationale », pour « décapiter » Pyongyang et « assassiner » ses leaders.

Il a également signalé qu'aucun pays « n'a été sous une menace nucléaire aussi directe », laquelle se trouve aggravée par les récentes déclarations du président étasunien, Donald Trump, dans lesquelles il a prévenu qu'il lancerait contre la nation asiatique « un feu et une furie jamais vus ».

« C'est pourquoi, la possession d'armes nucléaires et de missiles intercontinentaux est une nécessité pour la RPDC », a-t-il conclu.

peo/pgh/wmr