Agence de Presse de l'Amérique Latine

Facebook pourrait payer une amende de plusieurs millions de dollars

Washington, 15 juillet (Prensa Latina) La Commission Fédérale du Commerce (FTC) a approuvé un accord qui condamnerait Facebook à une amende de 5 milliards de dollars suite à une enquête sur ses pratiques en matière de confidentialité, a rapporté The Washington Post ce week-end.


Selon le quotidien, qui a cité une source proche du sujet, l’accord donnerait lieu à un contrôle gouvernemental sans précédent sur la société technologique, et clôturerait une vaste enquête entamée il y a plus d’un an sur le mauvais traitement des informations personnelles des utilisateurs par le réseau social.

La sanction de 5 milliards de dollars établirait un nouveau record comme la plus grande peine jamais infligée à une entreprise technologique, qui n´a pas tenu une promesse faite au gouvernement d’améliorer ses pratiques en matière de confidentialité, étant 200 fois plus élevé que l’amende précédente, précise le journal.

Après le vote de la FTC, la question relève du Département de la Justice, qui doit normalement finaliser de tels accords, mais la décision ne devrait pas être modifiée parce que cette entité révoque rarement les décisions de la commission.

David Vladeck, ancien directeur de l’Office de Protection des Consommateurs de la FTC, a déclaré au Post qu’il s’agit d’une somme d’argent considérable et que cela établit une référence pour d’autres sociétés comme Google, Microsoft, Apple et Twitter.

Il a estimé que le véritable test du travail de l’agence, destiné à rendre Facebook responsable de ses erreurs et dissuader d’autres géants de la technologie, dépendra des derniers détails que la commission n’a pas encore divulgués.

Cependant, certains critiques ont encore estimé vendredi dernier que la FTC a approuvé une faible amende par rapport aux énormes profits de Facebook, et le démocrate David Cicilline, qui supervise un panel anti-monopole à la Chambre des Représentants, a décrit les efforts de l’agence comme une « petite punition ».

Selon le journal, les actions de la société ont fermé vendredi dernier par une augmentation de près de 2% après la nouvelle du vote, puisqu´en avril, Facebook a manifesté au secteur financier de Wall Street pouvoir faire face à une amende jusqu´à 5 milliards de dollars.

Dans cette perspective, la société a réservé une partie de la somme annoncée dans son dernier rapport trimestriel sur les revenus, qui s’élevait à 15 milliards de dollars, à titre de sanction, a précisé le Post.

L’enquête sur le réseau social populaire a débuté en mars 2018, après que des investigations aient signalé que le consultant politique Cambridge Analytica avait eu un accès abusif à des données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook.

Cette enquête s’est étendue à d’autres abus de confidentialité et de sécurité, y compris la révélation que Facebook a fourni à des sites web populaires, et à des fabricants d’appareils comme Apple, Amazon, BlackBerry, Microsoft et Samsung, l’accès aux données sociales des utilisateurs sans notification adéquate.

Peo/oda/mar