Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Groupe de Puebla salue la décision concernant le mouvement Revolución Ciudadana en Équateur

Quito, 19 octobre (Prensa Latina) Le Groupe de Puebla a salué hier soir la décision du Tribunal Contentieux Electoral d´Équateur (TCE) de rejeter une requête contre le binôme présidentiel du mouvement progressiste Revolución Ciudadana (Révolution Citoyenne), qui cherchait à empêcher sa participation aux élections de 2021.

'Nous nous félicitons que le TCE en Équateur ait finalement rejeté l’appel à l´encontre du binôme Arauz-Rabascall, en maintenant la décision du CNE', a affirmé le Groupe de Puebla, un espace politique créé il y a plus d’un an qui analyse les défis communs des peuples latino-américains et propose des initiatives pour leur développement intégral.

Le groupe a ajouté que l’Équateur dispose maintenant d´un binôme représentatif du progressisme pour les prochaines élections, fixées le 7 février 2021.

Pendant plus d’une semaine, des organisations sociales et politiques qui, avec la Révolution citoyenne, forment la coalition Union pour l’Espoir (UNES) ont organisé des manifestations pacifiques devant le TCE dans l’attente de la décision sur la requête présentée par un représentant du parti Ahora.

La demande visait à annuler la décision du Conseil National Electoral (CNE) d’admettre la documentation fournie par la formule Andrés Arauz-Carlos Rabascall lors du processus d’inscription des candidatures aux élections présidentielles. 

Avec cette décision, le CNE doit confirmer l’inscription d’Arauz et Rabascall, qui postulent respectivement à la présidence et la vice-présidence.

Après avoir pris connaissance de la décision, les législateurs du groupe de la Révolution citoyenne, des organisations sociales et politiques, et la population en général, ont salué ce qu’ils considèrent comme un triomphe de la démocratie.

Le 7 février prochain, les électeurs de ce pays d’Amérique du Sud éliront le président et le vice-président, ainsi que les 137 membres de l’Assemblée Nationale et les cinq parlementaires andins.

peo/Jha/scm