Agence de Presse de l'Amérique Latine

L'OMS plaide pour la suspension de la propriété intellectuelle des vaccins contre la Covid-19

Genève, 5 mars (Prensa Latina) L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé de prendre au sérieux la suspension des brevets sur les vaccins qui sont actuellement développés contre la Covid-19 afin de parvenir à l'équité dans leur distribution.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a signalé que si la planète entière veut des solutions pratiques pour arrêter cette maladie, il faut réfléchir à l'exemption de la propriété intellectuelle.

Concernant la résolution approuvée vendredi dernier par le Conseil de Sécurité de l'ONU sur le cessez-le-feu de tous les conflits armés pour permettre la vaccination contre la Covid-19 dans les zones de conflit, Adhanom a déclaré qu'être en faveur de l'équité est très important, mais que des mesures plus concrètes doivent être prises.

"Je suis heureux que le Conseil de Sécurité ait voté en faveur de l'équité concernant les vaccins pour augmenter la production et la vaccination, et mettre fin à ce virus le plus rapidement possible", a-t-il déclaré.

« Cependant, l'accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle liés au commerce contient des dispositions pour le partage de la propriété intellectuelle, mais cette question reste «l'éléphant dans la salle» dont personne ne veut parler », a-t-il souligné.

« Lorsque nous parlons de propriété intellectuelle, nous constatons un manque de coopération et une résistance sévère. Cette pandémie est sans précédent et le virus a pris le monde entier en otage. Si la disposition ne peut pas être appliquée maintenant, alors quand pourrait-elle l´être? », a questionné Adhanom.

Récemment, l'Inde et l'Afrique du Sud ont proposé à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'établir une disposition relative aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre la Covid-19.

Ce faisant, les coûts seraient réduits, il y aurait une libre circulation des médicaments, un transfert de connaissances et de technologie à travers le monde.

L'idée, approuvée publiquement par 90 pays, vise les pays en développement et les pays à revenu intermédiaire, mais elle n'a pas encore le soutien de l'Union Européenne et reste à l'étude par l'OMC.

Adhanom Ghebreyesus a manifesté son soutien à cette initiative quelques jours avant qu´elle ne soit à nouveau débattue au Conseil Général de l'OMC, et à laquelle s'opposent de nombreux États où sont basées de grandes sociétés pharmaceutiques, comme les États-Unis, l'Australie, la Norvège, la Suisse, le Brésil, le Canada, le Japon et le Royaume-Uni.

Adhanom a appelé les pays développés les plus avancés à réduire ou à éviter les accords unilatéraux d'achat de vaccins avec les sociétés pharmaceutiques, en particulier celles faisant partie du programme COVAX de distribution de doses à travers le monde. 

"Je comprends que les gouvernements aient l'obligation de protéger leur population, mais la meilleure façon de le faire est de supprimer le coronavirus en même temps partout", a-t-il déclaré.

peo/agp/cdg