Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Russie prête à bloquer Twitter si nécessaire

Moscou, 17 mars (Prensa Latina) La Russie a annoncé hier qu’elle dispose, si nécessaire, de capacités techniques pour suspendre l’accès au réseau social Twitter contrôlé par les États-Unis.

Vadim Subbotin, directeur adjoint du Service fédéral russe de Surveillance des Télécommunications, des Technologies de l’information et des Médias (Roskomnadzor), s’est exprimé en ce sens.

Subbotin a déclaré hier à la presse de ce pays qu’ils n’excluent pas la possibilité de prendre de telles mesures 'si d’autres sites violent également la législation russe et ne respectent pas les exigences' fixées.

Il a assuré que les interruptions de travail de certaines ressources Internet dans le pays, suite au ralentissement de Twitter, ne sont pas liées aux mesures prises contre ce réseau social.

Depuis le 10 mars, Roskomnadzor a ralenti la vitesse de Twitter sur le territoire de la Russie, sanction qui atteint la totalité des téléphones mobiles et 50 pour cent des dispositifs stationnaires, selon son site web.

Avec cette 'mesure de réponse centralisée', le gouvernement espère 'protéger les citoyens russes et obliger le service Internet à se conformer à la législation sur le territoire de la Fédération de Russie', a averti cette agence d’État.

'Les actions se poursuivront conformément à la réglementation russe en matière de riposte, y compris le blocus, tant que les appels au suicide de mineurs, la pornographie enfantine et les informations sur l’usage de drogues ne seront pas éliminés', explique un communiqué de l´entité.

Roskomnadzor a inclus la diffusion d’informations sur Twitter dans sa liste de menaces, après ne pas avoir retiré de ses pages 3.168 publications interdites (2.569 appels au suicide de mineurs, 450 de pornographie enfantine, 149 avec des informations sur la consommation de drogues).

De plus, le réseau a ignoré la demande des autorités russes d’éliminer les incitations à un suicide massif de mineurs le 3 mars dernier, en plus des plus de 28 mille demandes de suppression de liens et de publications illégales.

Le 1er février dernier est entrée en vigueur en Russie une loi selon laquelle les réseaux sociaux doivent identifier et bloquer de manière indépendante les contenus interdits.

peo/agp/mml/gdc