Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba comptera sur des vaccins anti-Covid-19 pour sa population au mois d´août

La Havane, 18 mars (Prensa Latina) Cuba pourra compter en août prochain sur les doses requises du vaccin anti-Covid-19 le plus efficace pour immuniser toute sa population, a confirmé hier le président de BioCubaFarma, Eduardo Martínez.

Dans un entretien avec le quotidien Granma, le responsable du groupe des industries biotechnologiques et pharmaceutiques (BioCubaFarma) a déclaré que les systèmes de production pour chaque vaccin lui sont spécifiques, ne sont pas en concurrence les uns avec les autres et que leurs capacités sont importantes.

'Au mois d’août au plus tard, nous aurons fabriqué les doses nécessaires pour immuniser toute notre population, puis nous continuerons à en produire afin de les distribuer à d’autres pays amis', a-t-il affirmé.

Il a indiqué que la stratégie de Cuba pour la mise au point de vaccins contre la Covid-19 reposait essentiellement sur l’expérience biotechnologique du pays et sur les plates-formes développées par le pôle scientifique pendant plus de 30 ans.

Il a également souligné le développement de l’île en matière de recherche et de production de vaccins contre d’autres maladies.

Le pays compte sur la force du système national de Santé Publique, le fait d´avoir des scientifiques et des technologues expérimentés, ainsi que l’unité et l’intégration qui ont caractérisé tout le processus, a-t-il déclaré.

La stratégie qui a permis d´obtenir cinq candidats vaccinaux a d’abord consisté à réunir les institutions qui possèdent une longue expérience dans la production de vaccins, principalement l’Institut Finlay de Vaccins, chef de file des projets de Souverain 01, Souverain 02 et Souverain Plus, ainsi que le Centre de génie génétique et de biotechnologie, développeur de Mambisa et Abdala.

'Au début, nous avons à l’idée la conception de plus de 40 variantes possibles de candidats vaccinaux, à partir de plusieurs antigènes avec différentes sources d’obtention et différentes formulations', a-t-il précisé.

Martinez a expliqué qu’après des analyses théoriques et des évaluations, ils ont défini comme antigène à utiliser dans les vaccins le Domaine d’Union au Récepteur (RBD, pour ses sigles en anglais) de la protéine de surface du virus (protéines ou épi).

'Ensuite, nous avons décidé d’obtenir l’antigène en question à partir de deux sources différentes (cellules de mammifères et cellules de levures), et plusieurs formulations ont été conçues, en utilisant différentes concentrations de RBD', a-t-il indiqué.

Différents schémas d’immunisation et deux voies d’administration, l’une intramusculaire et l’autre nasale, ont également été pris en compte.

'Dans le cadre de la stratégie, nous avons également pris en compte l’apparition de nouvelles variantes du virus, et un groupe de chercheurs de l’Institut de Médecine Tropicale Pedro Kourí, de l’Université des Sciences Informatiques et de BioCubaFarma, étudient et modélisent les nouvelles mutations qui apparaissent dans le monde', a-t-il ajouté.

Martinez a souligné que l’intégration de tous les systèmes a été essentielle pour obtenir rapidement des résultats aussi importants, malgré le blocus économique, commercial et financier des États-Unis imposé à Cuba et le refus de plusieurs sociétés internationales de fournir des matériaux et des équipements.

peo/mgt/cdg