Agence de Presse de l'Amérique Latine

L´agriculture cubaine promeut l´utilisation de bioproduits

Par Roberto Salomon

La Havane, 25 mars (Prensa Latina) L’agriculture cubaine fait aujourd’hui l’expérience d’un recours croissant aux bioproduits afin de pallier l’insuffisance de devises disponibles pour acheter des engrais et autres intrants, en raison du blocus nord-américain et de la crise économique résultant de la Covid-19.

Les plus hautes autorités du pays ont souvent appelé à l’amélioration de la production et de l’utilisation de ces moyens (c’est-à-dire d´engrais biologiques, de bioplastiques et biostimulants) qui ont l’avantage d’être compatibles avec l’environnement.

L’Union entrepreneuriale de base (UEM) Bioprocesos Cuba 10, qui relève de l’Institut Cubain de Recherche sur les Dérivés de la Canne à Sucre (Icidca, pour ses sigles en espagnol), joue un rôle important dans le développement et la production de bioproduits, a déclaré à Prensa Latina la directrice commerciale de ce centre, Barbara Rodriguez.

Celle-ci a également précisé qu’avec la récente mise en service d’une usine dans la province orientale de Santiago de Cuba, la capacité de production de bioproduits pour l’agriculture a été augmentée de 15 mille litres par jour.

Le Grupo Entrepreneurial Azucarero Azcuba, auquel appartient l’Icidca, est maintenant en mesure d’obtenir plus de 20 mille litres de ces composés toutes les 24 heures, car en plus de cette nouvelle installation, il compte une autre entité plus petite existant dans la capitale.

Ces deux unités, conçues par l’Icidca, sont parmi les principaux fournisseurs de bioproduits à l’agriculture du pays.

Parmi ces produits figure le Nitrofix®, biofertilisant à effet azoté et stimulant de la croissance végétale, et le bioenraiz®, qui exerce une action positive sur la formation des racines et favorise la germination.

Selon des experts, l’utilisation de bioproduits et d’autres moyens compatibles avec l’écologie est une nécessité croissante, non seulement à Cuba, mais aussi dans le monde, face au rejet fréquent des produits chimiques pour les dommages qu’ils causent à la nature et à l’être humain.

peo/Jha/rs