Agence de Presse de l'Amérique Latine

Près de 10 mille victimes de mines antipersonnel en Colombie

Bogota, 6 avril (Prensa Latina) Les plus de soixante ans de conflit armé en Colombie ont fait neuf mille huit cent vingt-trois victimes de mines antipersonnel, a révélé hier l’Observatoire de Mémoire et Conflit du Centre National de Mémoire Historique (CNMH).

Selon les statistiques, les enfants et les jeunes représentent 30 pour cent de l’ensemble des personnes touchées, a détaillé l’entité publique chargée de rappeler les faits dérivés de la guerre dans un rapport élaboré à partir de documents de la période 1958 - 2020.

Les blessures physiques permanentes ont changé pour toujours la vie de trois mille 157 personnes, pour la plupart des paysans qui font face à des conditions économiques difficiles pour assurer leur subsistance et celle de leurs familles, est-il précisé.

Les départements les plus touchés par les cas de victimes de mines antipersonnel s’avèrent être Antioquia, suivi par Nariño et Meta, a ajouté le texte.

De 2005 à 2006, la Colombie a été l’État qui a enregistré le plus grand nombre de victimes de mines antipersonnel dans le monde, a averti le directeur du CNMH, Dario Acevedo, tout en soulignant que la période de 2002 à 2010 est celle pendant laquelle le plus grand nombre de décès ont été rapportés sur l’ensemble du territoire.

À cet égard, le Bureau du Défenseur du peuple s’est déclaré préoccupé par l´installation continue de mines antipersonnel dans certaines régions colombiennes et a demandé que les responsables de l’utilisation de ces engins fassent l’objet d’enquêtes et soient traduits en justice.

Dans son dernier rapport trimestriel, la Mission d’observation des Nations Unies a estimé que la mise en œuvre du processus de paix constituait l’un des défis les plus urgents pour le gouvernement d’Ivan Duque et l’a exhorté à garantir la sécurité des communautés touchées.

peo/ga/avs/znc