Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Venezuela dénonce une distorsion médiatique du conflit dans l´État d´Apure

Caracas, 6 avril (Prensa Latina) Des médias internationaux de droite tentent aujourd’hui de déformer la vérité de l’affrontement du Venezuela contre des groupes irréguliers en provenance de Colombie dans l’État frontalier d’Apure, a dénoncé le ministre de la Défense Vladimir Padrino.

La stratégie médiatique part de l’intention d’imposer une matrice d’opinion pour signaler la Force armée nationale bolivarienne (FANB) comme responsable de violations présumées des droits de l’Homme, a déclaré le titulaire lors d’une conférence de presse.

Depuis le dimanche 21 mars, le Commandement stratégique opérationnel de la FANB mène des opérations de recherche et de capture contre des commandos paramilitaires colombiens sur la ligne sud de la frontière, en particulier dans les environs de la localité de La Victoria.

Le haut commandement militaire a affirmé que, pendant les opérations défensives, les autorités vénézuéliennes ont agi dans le respect des normes constitutionnelles, dans le respect des droits de l’Homme.

Padrino a dénoncé les tentatives de semer la terreur au sein de la population de La Victoria en diffusant des messages sur les réseaux sociaux et via la plateforme WhatsApp pour dénaturer l’action de la FANB, 'manipulations médiatiques qui ont été démontées par elles-mêmes', a-t-il affirmé.

Le ministre de la Défense a également dénoncé la ligne d’information imposée aux civils déplacés dans le département colombien d’Arauca, en diffusant des chiffres de personnes mobilisées de l’autre côté de la frontière qui sont presque deux fois plus nombreux que la population de la communauté de La Victoria.

À ce jour, les opérations défensives ont fait neuf morts du côté des irréguliers, 33 d´entre eux ont été jugés par la justice militaire, et six camps ont été détruits et 16 engins explosifs ont été désamorcés sur le théâtre des opérations.

Padrino a assuré qu’aucun civil n’a été victime des mines antipersonnel posées par les bandes paramilitaires dans leur désir de prendre le contrôle du territoire, et  dont l’installation est synonyme de 'la manière criminelle de faire la guerre' de ces groupes terroristes, a-t-il souligné.

Le général en chef a réaffirmé que le Venezuela a demandé à l’Organisation des Nations Unies (ONU) de fournir ses connaissances impartiales à la FANB pour renforcer les procédures de désactivation de ces dispositifs.

De même, le gouvernement vénézuélien a demandé au secrétaire général de l’ONU, António Guterres, sa médiation auprès de la Colombie pour établir un canal de communication permanent face à la présence de ces bandes armées à la frontière commune.

Au cours des opérations de recherche et de capture de ces groupes irréguliers, huit soldats de la FANB sont tombés au combat et 34 autres ont été blessés, selon les chiffres officiels.

peo/oda/Wup/cvl