Agence de Presse de l'Amérique Latine

Laboratoire antidopage de La Havane : une autre victime du blocus

La Havane, 12 avril (Prensa Latina) Le blocus économique, commercial et financier des États-Unis contre Cuba a un impact considérable sur le Laboratoire antidopage de La Havane, a dénoncé aujourd’hui son directeur Rodny Montes de Oca.

Dans des déclarations accordées au quotidien Granma, le spécialiste a souligné que le blocus du gouvernement des Etats-Unis exerce une pression énorme sur le centre parce qu’ils doivent affecter 40 à 50 pour cent de plus de ressources financières que d’autres installations dans le monde pour acheter des intrants et réactifs dans des pays tiers.

Selon Montes de Oca, cette situation s’est aggravée avec les effets de l’épidémie de Covid-19 sur le monde, avec les retards dans la livraison des fournitures, les difficultés dans leur production, ainsi que les mesures restrictives de fermeture des frontières.

De plus, en raison des mesures prises sous l’administration de l’ancien mandataire nord-américain Donald Trump (2017-2021), le laboratoire n’a pas reçu les fonds pour services rendus à différentes organisations antidopage internationales durant cette période.

Malgré le blocus et la pandémie, le centre a réussi les examens pour maintenir son statut de laboratoire accrédité par l’Agence mondiale antidopage, parmi les 26 institutions mondiales certifiées en 2020, a précisé Montes de Oca.

Pour atteindre cet objectif, le personnel du centre a maintenu son travail à distance et un petit groupe de travailleurs a été chargé de maintenir la vitalité du centre face à la nécessité de conserver des échantillons internationaux, dont beaucoup n’ont pas été analysés.

En ce qui concerne les tests antidopage de la présélection de Cuba  pour les Jeux Olympiques, il a expliqué que les travaux avaient commencé au début de 2020, alors que les Jeux de Tokyo n’étaient pas encore suspendus, puis qu’il y avait une pause et, cette même année, plusieurs contrôles ont été effectués, au moins trois par sportif, et que d’autres sont déjà en cours.

Il a également rappelé que le laboratoire a des relations de travail avec plus de dix pays d’Amérique latine et des Caraïbes, dont les tests préalables aux Jeux Olympiques de Tokyo seront analysés dans ses installations.

peo/jcm/am