Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba se souvient des bombardements des États-Unis il y a 60 ans

La Havane, 15 avril (Prensa Latina) Les cubains se rappellent aujourd’hui des bombardements des Etats-Unis sur trois terminaux aériens du territoire national il y a exactement 60 ans, alors que Washington persiste dans ses agressions contre l’île.

Le 15 avril 1961, des avions camouflés sous des insignes cubains ont attaqué simultanément l’aéroport de Ciudad Libertad (dans la capitale), la base aérienne de San Antonio de los Baños, au sud-est de La Havane, et l’aérodrome de la ville orientale de Santiago de Cuba. 

Les faits, survenus à l’aube, visaient à faire croire à l’opinion publique internationale qu’une rébellion interne avait lieu dans le pays peu après le triomphe de la Révolution cubaine, en janvier 1959. En outre, l’action, qui a coûté la vie à près d’une centaine de personnes, visait à susciter la peur et la confusion, à détruire la force aérienne cubaine rare et obsolète, pour assurer l’impunité d’une incursion ennemie par voie terrestre qui s’est produite peu après. 

Le lendemain, lors du deuil des victimes des frappes aériennes, le leader cubain Fidel Castro a déclaré le caractère socialiste de la Révolution. "C’est ce qu’ils ne peuvent pas nous pardonner, que nous soyons là sous leur nez, et que nous ayons fait une révolution socialiste sous le nez des États-Unis !", a déclaré Fidel Castro lors de la manifestation de masse près du cimetière où étaient enterrées certaines des victimes des bombardements. 

Ces attaques des aéroports ont été le prélude à l’invasion de la baie des Cochons, située dans la province occidentale de Matanzas, où une brigade armée, entraînée et transportée par l’Agence Centrale de Renseignement (CIA) des États-Unis est arrivée le 17 avril. 

Après 60 heures de combats acharnés, les mercenaires ont été vaincus et obligés à se rendre à Playa Girón au coucher du soleil du 19 avril et cette action a représenté la première grande défaite de l’impérialisme en Amérique latine. 

Près de six décennies après ces événements, les États-Unis poursuivent leurs agressions contre la plus grande des Antilles, qui se sont récemment aggravées alors que la Maison Blanche maintient et renforce le blocus économique, commercial et financier au milieu de la pandémie du nouveau coronavirus.

peo/jcm/avr