Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Une institution chrétienne dénonce les mensonges des États-Unis contre Cuba

La Havane, 16 avril (Prensa Latina) Le Centre Óscar Arnulfo Romero (OAR) de Cuba, organisation d’inspiration chrétienne, a qualifié d’unilatéral et de fallacieux le rapport des États-Unis sur les droits de l’Homme dans l’île, a informé hier la presse locale.

Selon le site Cubadebate, l´OAR a assuré que le rapport publié récemment par le Département d’État des États-Unis 'démontre une capacité malsaine à mentir et tergiverser la réalité de différents pays'.

Dans le cadre de cette déclaration, l’OAR a mentionné la projection émancipatrice des principaux penseurs cubains qui, depuis le XIXe siècle, s’emploient à 'construire une société fondée sur la dignité de l’être humain et non sur la primauté du matériel'.

'En ce XXIe siècle, les agressions, les persécutions économiques, les projets de subversion contre le peuple cubain et les mensonges les plus inimaginables et injustes sur Cuba se sont multipliés', rapporte le texte.

Selon le centre, 'les idées et l’exemple de Fidel, Raúl et maintenant Diaz Canel, sous la direction du Parti (Communiste), ont permis de suivre la voie du socialisme, avec des succès dans la santé, les sciences, l’éducation, la culture, la protection et la sécurité sociale, qui sont également partagées solidairement avec d’autres peuples du monde'.

La déclaration évoque par ailleurs la transformation du modèle économique national et de son intention de parvenir à une société inclusive et équitable.

'Ce n’est pas précisément à Cuba que se produisent des exécutions extrajudiciaires, des disparitions ou des actes de tortures. Les gens ne sont pas non plus réprimés pour leurs idées ou croyances religieuses'.

Le rapport élaboré par le Département d’État est le premier rapport publié par l’administration de Joe Biden et accuse le gouvernement cubain de prétendues restrictions au droit de réunion pacifique ainsi qu’à la liberté religieuse, et de favoriser la traite des personnes, entre autres.

Au sujet de ce rapport, le président de l’île, Miguel Diaz-Canel, a déclaré qu’il était indigne, immoral et mensonger car il a une nouvelle fois recours à l’infâme rhétorique de toujours pour calomnier une île héroïque qui souffre d’un blocus criminel imposé par le gouvernement des États-Unis.

peo/mem/idm