Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des journalistes japonais demandent la libération de leur collègue au Myanmar

Tokyo, 20 avril (Prensa Latina) Des journalistes japonais ont demandé aujourd’hui à la junte du Myanmar de libérer leur collègue Yuki Kitazumi, arrêté à la suite d’une offensive contre les médias qui couvrent les manifestations s´opposant au coup d’État militaire.

Le groupe de journalistes a lancé la veille une pétition en ligne adressée à la junte du Myanmar et au gouvernement japonais demandant la libération de Kitazumi.

Lors d’une conférence de presse, Isoko Mochizuki, collègue et amie de Kitazumi, a exigé aujourd’hui de la junte qu’elle cesse d’opprimer les citoyens du Myanmar et qu’elle libère au plus vite les nombreux journalistes détenus, dont Kitazumi, qui s’efforcent de rapporter la vérité.

Par cette pétition, les signataires veulent que le gouvernement japonais fasse davantage pression sur les autorités du Myanmar pour qu’elles libèrent Kitazumi, arrêté dimanche soir par les militaires devant chez lui à Yangon, la ville la plus importante du pays.

On ne sent pas que le gouvernement japonais exerce suffisamment de pression sur le Myanmar, a déclaré lors de la même conférence de presse la directrice de Human Rights Watch Japon, Kanae Doi.

Kitazumi, qui dirige une entreprise de production de médias, avait déjà été arrêté il y a deux mois alors qu’il couvrait les manifestations contre le coup d’État du 1er février, mais avait été libéré peu après.

Selon l’Association d’aide aux prisonniers politiques du Myanmar, 737 personnes ont été tuées par les forces de sécurité depuis le début des manifestations et 3.229 sont toujours en détention.

peo/mem/lp