Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

La justice bolivienne ordonne l’assignation à résidence d’une ancienne ministre de la santé

La Paz, 20 avril (Prensa Latina) Un juge bolivien a ordonné hier l’assignation à résidence de l’ancienne ministre de la Santé du Gouvernement de facto (2019-2020) Eidy Roca, accusée de corruption présumée pour l’achat illégal en 2020 de respirateurs artificielle pour faire face à la pandémie de Covid-19.

L´ancienne titulaire figurait parmi les fonctionnaires du gouvernement de facto faisant l’objet d’une enquête pour complicité dans la transaction irrégulière de 324 de ces équipements d’origine chinoise à des fins de profit personnel.

Le juge anticorruption William Rodriguez a en outre décidé d´interdire à Roca de quitter le pays, a fixé une caution de 10.000 dollars et l’obligation de se présenter tous les 15 jours au ministère public.

En mars, le Bureau du Procureur de La Paz a officiellement inculpé l’ancienne fonctionnaire pour des infractions liées à des contrats préjudiciables à l’État et au non-respect de ses devoirs.

Les chefs d’inculpation invoquent l’achat surtaxé de plus de 300 respirateurs dans l’intention de profiter de la crise sanitaire face à la première vague de Covid-19 dans le pays.

L’enquête du ministère public a établi que la manipulation par Roca et d’autres membres de l’exécutif putschiste de Jeanine Áñez a causé à l’État un préjudice économique de 862.000 dollars.

Les auteurs du détournement ont dépensé 30.000 dollars de l’État pour chacun des 324 respirateurs, dont la plupart n’ont jamais atteint les hôpitaux, selon les documents de l’affaire ouverte en 2020.

L’ex-présidente Áñez et ses anciens ministres Álvaro Coímbra et Rodrigo Guzmán sont également détenus à titre préventif et accusés de crimes tels que la sédition et le terrorisme commis sous le gouvernement de facto.

Les autorités judiciaires ont également appelé à comparaitre devant la justice d’autres hauts responsables de l’exécutif d’Áñez impliqués dans des fraudes et des scandales pour abus de pouvoir et corruption.

peo/Jha/apb