Agence de Presse de l'Amérique Latine

Newsweek aborde les défis des liens entre les États-Unis et Cuba

Washington, 21 avril (Prensa Latina) Bien que le président des Etats-Unis Joe Biden ait déjà reconnu les dommages infligés aux Cubains ordinaires par les politiques de Washington contre le pays insulaire, et qu´elles ont été un échec, un processus de révision sur la question reste aujourd'hui en marge de ses priorités. 

C'est ce qu'affirme la publication nord-américaine Newsweek dans son article “Au milieu du silence, Cuba demande à Biden de mettre fin au cruel blocus qu'il a lui-même voulu changer”.

Selon Newsweek, Biden a reconnu le mal infligé aux Cubains. Et pendant qu'il était vice-président du pays, il s'était prononcé en faveur des efforts déployés par Barack Obama en vue d'assouplir les restrictions en matière de voyage et de commerce avec la plus grande des Antilles.

Par ailleurs, lors de sa campagne présidentielle, il a promis d´inverser la stratégie de Donald Trump ainsi que les politiques contre la nation caribéenne impulsées par le magnat républicain.

Mais alors que la Maison Blanche lance maintenant une révision sur ces questions, il n'y a pour l'instant aucun contact de haut niveau entre les deux pays.

C'est ce qu'a expliqué à Newsweek Carlos Fernández de Cossío, directeur de la division générale du Ministère cubain des Affaires étrangères pour les États-Unis.

L'administration Biden a publiquement déclaré qu´elle procède à cet examen, mais mon pays ne connait pas le rythme et la portée réels de ce processus, a-t-il précisé.

Au cours des quatre dernières années, plus de 240 mesures coercitives ont été adoptées contre Cuba, dont 55 appliquées dans le contexte de la pandémie de Covid-19, a-t-il signalé. 

Cela entrave et complique l'acquisition d´intrants nécessaires pour faire face à la crise sanitaire, avec l´évidente intention d´aggraver le scénario économique et social cubain, a-t-il souligné.

Selon lui, ces mesures nuisent aux relations bilatérales, entravent le développement économique du pays des Caraïbes et leurs effets portent inévitablement atteinte à la vie quotidienne du peuple cubain dans tous les domaines.

Dans le même temps, subsiste la politique cruelle et sans aucun fondement moral du blocus nord-américain, laquelle a connu une recrudescence sous l´administration Trump, a ajouté le diplomate cubain.

Dans le but de maintenir cette politique, Washington a eu recours à la tromperie, à la déformation de la vérité, à la dissimulation d'informations et à la manipulation, a-t-il indiqué.

L´administration Trump a gelé les échanges politiques avec Cuba, ainsi que le dialogue officiel et la coopération bilatérale fondés sur des intérêts et bénéfices mutuels, aux résultats positifs reconnus par les deux parties, a signalé Fernandez de Cossío. 

Il a également rejeté l'inclusion de Cuba sur la liste unilatérale de Washington de pays parrainant prétendument le terrorisme, l'une des dernières actions impulsées par Trump.

“Cuba ne parraine pas le terrorisme international, ni ne représente une menace pour les Etats-Unis”, a-t-il insisté.

De fait, a conclu le diplomate, “mon pays est victime du terrorisme, un fléau qui, durant des décennies, a été organisé, financé et perpétré par le gouvernement des États-Unis, ou bien par des individus et organisations basés sur son territoire".

peo/jcc/mem/ifb/cvl