Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le candidat Castillo rejette la responsabilité de la hausse du dollar au Pérou

Lima, 28 avril (Prensa Latina) Le candidat présidentiel Pedro Castillo a condamné les médias et les économistes néolibéraux qui le rendent responsable de la hausse du dollar au Pérou, dans le cadre de la campagne de peur utilisée par sa rivale Keiko Fujimori.

« Le Pérou a besoin de calme, de sérénité. Ne venez pas nous stigmatiser, ne venez pas nous reprocher que le dollar est déjà en hausse parce que Pedro Castillo va être président », a-t-il déclaré lors d'une visite dans la ville de Piura, dans le nord du pays.

Il s'est dit surpris par la hausse du dollar étasunien, puisqu’ " ils nous disaient que l'économie du pays était entre de bonnes mains ", en allusion à la Banque centrale, dirigée par les néolibéraux, qui régule le taux de change en vendant ou en achetant des devises étrangères.

Les commentateurs politiques et les économistes néolibéraux sont invités par les médias soutenant la campagne de la candidate néolibérale Keiko Fujimori pour insister sur le fait que la monnaie étrangère prend de la valeur prétendument en raison de l'avance de Castillo dans les sondages.

Selon eux, la proposition de changements progressistes du candidat du parti Perú Libre envoie des signaux alarmants au marché et lèse l'économie.

Castillo a par ailleurs affirmé que son gouvernement respecterait l'autonomie de la Banque centrale et la Constitution actuelle, jusqu'à ce que le peuple dise s'il veut la changer ou non, ainsi que l'indépendance des pouvoirs de l’État.

Après avoir appelé à la confiance dans les micro, petites et grandes entreprises, il a déclaré que son administration travaillerait avec elles pour industrialiser le pays.

Il a ratifié le projet d'allouer 10 % du produit intérieur brut du Pérou à la santé publique et autant à l'éducation, pour lesquels il utilisera les revenus d'une plus grande participation de l'État aux bénéfices des entreprises étrangères qui exploitent les minéraux, les hydrocarbures et autres richesses nationales.

« Nous croyons opportun de vous dire, en vertu de la tranquillité d'esprit du peuple péruvien, qu’une fois la présidence assumée le 28 juillet prochain, pour le 31 décembre de cette année, la nation péruvienne aura terminé et garanti la vaccination de qualité anti- Covid-19 pour toute la population", a-t-il déclaré.

En outre, Castillo a catégoriquement nié la possibilité de gracier l'ancien mandataire Alberto Fujimori, qui a été condamné à la prison pour crimes contre l'humanité, mesure proposée par Keiko Fujimori (qui est la fille d´Alberto) au cas où elle deviendrait président.

Le peuple se souvient de ce qu'a fait Fujimori père pendant son régime (1990-2000). C'est pourquoi il n'y aura " ni pardon, ni rémission, ni oubli ", a-t-il manifesté en indiquant que, sous son éventuel gouvernement, il n'y aurait pas de stérilisations forcées ni massives de femmes indigènes et pauvres, dont est officiellement accusé Alberto Fujimori.

Sans donner de détails, il a déclaré qu’il y avait dans sa famille une victime de ce programme, présenté comme un plan de planification familiale.

peo/jcc/jha/mme