Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Le président du Parlement nie qu´il y ait un coup d’État au Salvador

San Salvador, 3 mai (Prensa Latina) Le président de l’Assemblée Législative du Salvador, Ernesto Castro, a nié aujourd’hui que les actions parlementaires contre le pouvoir judiciaire constituent un coup d’État.

« Comment peut-il s’agir d’un coup d’État ? », a questionné Castro, élu samedi dernier à la tête de la législature 2021-2024, contrôlée par le parti au pouvoir Nuevas Ideas et des formations connexes.

Il a assuré que la population salvadorienne soutenait la décision de destitution des magistrats de la Chambre constitutionnelle et du Procureur général de la République, Raúl Melara, contestée par des voix de la société civile.

« Ici, ce qui compte, c’est les abus contre le peuple, pas ce qu’un petit groupe de gens pense toujours. Ce seront les résultats qui parleront », a manifesté Castro, ancien secrétaire privé du président Nayib Bukele.

La Constitution du Salvador exige que l’élection des juges de la Cour se fasse sur une liste de candidats présentée par le Conseil national de la magistrature, mais c’est l’Assemblée qui a nommé seule de nouveaux juges samedi dernier.

Un collectif de manifestants a protesté dimanche devant le Mémorial de la Constitution contre les récentes actions menées par la majorité au Parlement, considérant qu’elles ont rompu l’indépendance des pouvoirs et le système de contrepoids démocratiques.

peo/mgt/cmv