Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des organisations religieuses nord-américaines rejettent les sanctions contre Cuba

Washington, 5 mai (Prensa Latina) Dans une lettre au gouvernement du président Joe Biden, des organisations religieuses et de foi nord-américaines ont demandé la levée des sanctions imposées par l’administration de l’ancien président Donald Trump et qui sont toujours en vigueur. 

Au total, 16 entités de ce type ont signé la lettre adressée aux secrétaires d’État, Antony Blinken, et du Trésor, Janet Yellen, les deux structures gouvernementales chargées de la mise en œuvre et du contrôle de la politique de siège contre la nation caribéenne imposée depuis près de six décennies. 

Les signataires ont exigé que la Maison Blanche raye Cuba de la liste des nations qui, selon Washington, soutiennent le terrorisme, mesure rejetée par les autorités de La Havane, et ont qualifié cette inscription de disproportionnée, laquelle limite les possibilités d’assistance humanitaire et la réalisation de transactions financières avec le pays caribéen.

Nos organisations ont une longue histoire de travail avec la société civile et les associations religieuses cubaines, et à travers nos voyages, nos relations personnelles et nos communications fréquentes, nous connaissons de première main les difficultés rencontrées par les Cubains, signale le texte.

La politique étasunienne ne doit pas causer de dommages ni de souffrances aux Cubains et à leurs familles, qui sont les plus affectés, ajoute-t-il.

Selon le document, le pouvoir exécutif dispose d’un certain nombre de pouvoirs de changements réglementaires et administratifs qui pourraient améliorer la sécurité alimentaire, la vie des citoyens et le développement économique de Cuba, tout en soutenant nos intérêts de sécurité nationale.

Nos homologues des Églises et organisations similaires à Cuba rapportent que les sanctions économiques, commerciales et financières imposées par les États-Unis, déjà renforcées sous l’administration de Donald Trump, ont été amplifiées par la pandémie de la Covid-19.

Selon le texte, ces actions punitives ont contribué à aggraver la pénurie de produits de première nécessité, notamment de nourriture, d’articles d’hygiène et de médicaments, en plus du fait que les petites affaires indépendantes et les églises ont été fortement affectées.

En outre, l’imposition de restrictions sur les envois de fonds a encore aggravé la situation en coupant cette voie que les cubano-américains utilisent pour aider leurs proches sur l’île, et cette situation doit changer, affirment les représentants de ces organisations.

Des copies de la missive ont également été envoyées à une douzaine de leaders démocrates et républicains au Congrès des États-Unis, y compris le sénateur Robert Menéndez, président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat et l’une des principales figures qui refusent d’améliorer les liens entre La Havane et Washington sur la base du respect mutuel.

Le texte a également été transmis aux responsables du Conseil de Sécurité nationale et du Département d’État, qui sont liés à la révision de la politique envers Cuba promise par Biden lors de sa campagne pour les élections présidentielles du 3 novembre 2020.

peo/mem/rgh