Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Chili : rejet d’un nouveau report des prochaines élections

Santiago du Chili, 6 mai (Prensa Latina) Les autorités sanitaires chiliennes ont exclu aujourd’hui un nouveau changement de la date des prochaines élections en raison de la crise sanitaire, à seulement dix jours de la tenue de cet important scrutin. 

La sous-secrétaire d’État à la Santé publique, Paula Daza, a déclaré à ce sujet : «Aujourd’hui, le tableau est différent », tout en admettant que la situation est complexe, « avec un nombre important de cas chaque jour, mais la tendance est différente, avec une diminution persistante au cours des trois dernières semaines ».

Elle a ajouté que le taux de positivité au virus SARS-CoV-2 et le nombre de patients hospitalisés avaient également diminué et que, d’ici là, il y aurait environ 7,5 millions de personnes vaccinées sur une population cible de 15 millions.

Dans des déclarations à Radio Cooperativa, Daza a souligné qu’ 'en ce moment, nous ne voyons aucun risque imminent'.

Les 15 et 16 mai, plus de 15 millions d’électeurs sont convoqués pour élire les gouverneurs régionaux, les maires, les conseillers municipaux et les membres de la Convention chargée de rédiger la nouvelle Constitution, scrutin considéré comme un événement décisif pour le pays.

Andrés Tagle, président du Service Électoral (Servel) a déclaré que toutes les mesures nécessaires sont prévues, car un protocole sanitaire sera appliqué comme lors du plébiscite du 25 octobre 2020, quand aucune augmentation de cas n’a été rapportée par la suite.

'Le processus de vote est très sûr, et je garantis qu’il y a moins d’exposition que d’aller faire ses courses dans un supermarché', a-t-il souligné.

Pour sa part, le président par intérim du Collège Médical (Colmed), Patricio Meza, a indiqué que cet organisme a exposé à plusieurs reprises les paramètres à prendre en considération pour effectuer le scrutin et a précisé qu’il importait de ne pas relâcher les mesures.

Cependant, certains experts sont prudents, et la veille, le secrétaire du Colmed, José Miguel Bernucci, a considéré la situation épidémiologique actuelle pire que lorsqu’il a été décidé de reporter les élections en avril dernier.

Pour sa part, Sergio Loaiza, épidémiologiste de l’Université Diego Portales, a déclaré à des journalistes que le moment reste risqué malgré une diminution des contaminations.

Il a estimé que 'si les élections se tiennent, le premier message à faire passer à la population est d’appliquer toutes les mesures d’auto-protection pour aller voter'.

peo/jcm/rc