Articles

Débat aux États-Unis sur la décision de Biden concernant les vaccins contre la Covid-19

Washington, 6 mai (Prensa Latina) Des réactions diverses sont apparues aujourd’hui après la décision du président nord-américain Joe Biden de soutenir la suspension des brevets des vaccins contre la Covid-19, et ce face à de fortes pressions domestiques et internationales. 

Des dizaines de législateurs démocrates lui ont exprimé leur soutien, et parmi les partisans de cette décision au Sénat se trouve Bernie Sanders, élu indépendant du Vermont, qui, mercredi, a fait l’éloge du mandataire et a déclaré que 'c’est exactement le genre de leadership dont le monde a besoin en ce moment'.

Pour sa part, la représentante Rosa DeLauro a déclaré dans un communiqué que 'en tant que nation la plus puissante au monde qui puisse aider à mettre fin à cette catastrophe, nous ne pouvons pas rester les bras croisés, limités par les grandes compagnies pharmaceutiques, et regarder des millions de personnes mourir'.

Le Dr Anthony Fauci, principal conseiller médical du gouvernement nord-américain pour la pandémie, a reconnu que les entreprises ont des préoccupations légitimes pour maintenir leurs affaires, mais 'on ne peut pas voir des gens mourir à travers le monde parce qu’ils n’ont pas accès à un produit que les gens riches peuvent utiliser'.

À cet égard, le quotidien The New York Times a déclaré ce jeudi que l’administration démocrate soutient par cette mesure certains leaders mondiaux au-delà des intérêts de l’industrie pharmaceutique étasunienne, et marque une rupture avec la politique de son prédécesseur, Donald Trump, qui a défendu à tout prix ces compagnies sur ce sujet, malgré la grave crise sanitaire qui affecte le monde.

À ce jour, les États-Unis et un petit groupe de pays riches ayant des vaccins ont fait obstacle à la demande de plus de 100 pays plus pauvres d’entamer des négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en vue d’une dérogation temporaire d’urgence aux brevets.

Plus de 400 institutions de santé, de protection des consommateurs, religieuses et syndicales s’étaient jointes à l’appel au changement annoncé par le gouvernement de Biden.

Au niveau mondial, plus de 170 anciens mandataires et lauréats du prix Nobel ont demandé en avril dernier dans une lettre ouverte que Biden procède à l’exemption des brevets pour produire ce qu’ils appellent un vaccin du peuple.

Selon The Economist Intelligence Unit, certains observateurs ont indiqué que cette décision aiderait les États-Unis à rivaliser dans le jeu de 'la diplomatie des vaccins', étant la dernière puissance mondiale à entrer dans cette 'course' dans laquelle la Chine et la Russie l’ont dépassé.

La Chine a livré ou vendu ses vaccins à environ 90 pays et a exporté plus de doses que tous les autres, tandis que quelque 70 pays reçoivent ou ont acquis le vaccin russe Spoutnik V, y compris de nombreux pays latino-américains, ajoute la source.

peo/mgt/rgh