Articles

Un projet visant à limiter le droit de vote approuvé au texas

Washington, 10 mai (Prensa Latina) La Chambre des représentants de l’État nord-américain du Texas a approuvé vendredi dernier un projet de loi qui, s’il était adopté, limiterait le droit de vote de larges secteurs de la population. Le texte a reçu le feu vert de cette instance législative lors d’une séance de nuit qui a duré jusqu’à 3 heures du matin, heure locale, ce vendredi, avec un vote de 81 élus en faveur et 64 contre.

Cette mesure, soutenue par le Parti Républicain et rejetée par les démocrates, interdirait aux fonctionnaires d’envoyer des demandes de bulletins de vote par correspondance qui ne seraient pas demandées au préalable par les intéressés, et appliquerait des règles strictes sur le nombre de machines de vote dans les collèges des grandes villes.

Le Sénat de l’État a adopté une mesure distincte qui limite également les règles de vote anticipé ainsi que d’autres droits et pouvoirs dont disposent actuellement les électeurs.

Le gouverneur du Texas, le républicain Greg Abbot, soutient ce projet de réforme, et il est donc probable que ce projet deviendra une loi lorsque le document arrivera sur son bureau.

C’est l’un des derniers efforts de l’opposition républicaine pour changer ces procédures après la défaite de l’ancien président Donald Trump aux élections du 3 novembre 2020.

Hier, le gouverneur de Floride, le républicain Ron Desantis, a signé un texte similaire qui restreint l’accès aux urnes, malgré l’objection de groupes de droits civiques et de dizaines de superviseurs.

Cette mesure limiterait la possibilité de vote par correspondance, procédure qui est utilisée par la majorité des comtés de ce territoire, et obligerait les électeurs qui préfèrent cette possibilité à présenter de nouvelles demandes à chaque cycle électoral plutôt que tous les quatre ans.

Après les élections du 3 novembre 2020, au cours desquelles Joe Biden a battu Trump, les législateurs du Parti Républicain ont commencé à présenter des projets visant à limiter l’accès au vote à ceux qui ont tendance à soutenir les démocrates.

Fin mars dernier, le gouverneur de Géorgie, Brian Porter Kemp (républicain), a signé une loi qui restreint l’accès au vote dans le territoire, en introduisant des exigences d’identification des électeurs plus rigides pour le suffrage par correspondance, entre autres dispositions.

Dans le même temps, au Sénat fédéral, les républicains tentent d’entraver le projet de loi Pour le Peuple (For the People), soutenu par Biden et ses alliés, qui fournirait une protection nationale au vote par correspondance, au suffrage anticipé et à l’inscription sur les listes électorales le jour même des élections.

Ces derniers mois, plus de 250 projets de loi ont été adoptés, dans 43 des 50 États des États-Unis, qui restreignent l’accès aux urnes et affecte de manière disproportionnée les minorités.

peo/mem/rgh