Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Israël détruit des établissements universitaires dans la bande de Gaza

Ramallah, 18 mai (Prensa Latina) L’armée israélienne a bombardé aujourd’hui une zone civile où elle a détruit une bibliothèque et plusieurs installations de l’Université islamique dans la ville palestinienne de Gaza. 

D’après les descriptions des dommages de cette attaque, il ne restait qu’un amas de fer, de dalles et de béton, ainsi que de déchets de fournitures de bureau, de livres et de câbles informatiques visibles dans les décombres du campus.

Les combats entre les deux partie ont éclaté le 10 mai au milieu de manifestations palestiniennes contre les tactiques répressives de la police de Tel-Aviv à l’encontre de fidèles dans le complexe confessionnel musulman de la mosquée Al-Aqsa, et selon un bilan des dernières 24 heures le nombre de morts dans la bande de Gaza dépasse les deux centaines.

Selon le Ministère de la Santé de Gaza, 212 Palestiniens ont été tués par les bombardements de l’armée sioniste, dont 61 enfants et 36 femmes, et plus de 1.400 citoyens ont été blessés, alors qu’une disproportion considérée comme abjecte est mise en avant par des observateurs, en comptant 10 morts en Israël, dont un soldat.

En ce qui concerne les services humanitaires de base, les attaques israéliennes ont endommagé 18 hôpitaux et cliniques, et complètement détruit un centre médical, a confirmé un rapport de l’Organisation mondiale de la santé. Près de la moitié des médicaments considérés comme essentiels ont disparu.

Quelque 47 mille Palestiniens déplacés ont cherché refuge dans des écoles des Nations Unies à Gaza, qui souffre également d’une nouvelle vague de Covid-19.

Dans le contexte du conflit armé, qui est entré dans sa deuxième semaine et attend encore une déclaration effective de l’ONU, les résidents palestiniens de Jérusalem et de la Cisjordanie occupée ont entamé ce mardi une grève générale pour protester contre ce qu’ils qualifient de système d’apartheid dont la guerre à Gaza n’est qu’une partie.

Les idéologues sionistes les plus connus ont rejeté cette comparaison du régime israélien avec le système politique de ségrégation raciale qui existait en Afrique du Sud de 1948 à 1991, mais il y a de nombreuses preuves de la marginalisation de la population noire de ce pays austral et de sa similitude avec la situation actuelle dans les 'territoires', rappelent certains analystes.

peo/mem/mt/gdc