Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un député britannique demande à Biden d’inverser la politique de Trump envers Cuba

Londres, 19 mai (Prensa Latina) Le député britannique Grahame Morris a exhorté le président Joe Biden à inverser la politique de Donald Trump à l’égard de Cuba et à s’abstenir lors du prochain vote sur le blocus des États-Unis contre l’île à l’ONU.

Comme l’a indiqué la Campagne de solidarité avec Cuba au Royaume-Uni, Morris a envoyé une lettre au mandataire nord-américain en tant que président du Groupe parlementaire multipartite chargé des relations avec l’île des Caraïbes.

Le 23 juin, le monde votera à nouveau à l’Assemblée Générale des Nations Unies une résolution appelant à la levée du blocus nord-américain contre Cuba, raison pour laquelle je vous demande donc, dans un esprit de coopération internationale, de vous abstenir lors du vote, comme l’ont fait les États-Unis en 2016, lorsque vous étiez vice-président, a écrit le législateur travailliste.

Selon Morris, une abstention de Washington serait une démonstration claire que l’administration démocrate veut rompre avec la politique d’agression et de confrontation mise en œuvre par le républicain Trump entre 2017 et 2021 envers l’île, et la remplacer par une conduite humanitarisme, par la compassion et la coopération.

La position des États-Unis à l’Assemblée Générale des Nations Unies en juin pourrait envoyer un message clair au monde que la politique de l’ère Trump à l’égard de Cuba touche à sa fin, a-t-il souligné.

Le parlementaire britannique a également rappelé au président nord-américain que son prédécesseur à la Maison Blanche a mis en place des mesures contre le pays caribéen qui causent des dommages et des souffrances inutiles au peuple cubain, et qui sont maintenant exacerbés par la pandémie de Covid-19.

Parmi les 242 nouvelles sanctions appliquées par l’administration Trump figurait la désignation de Cuba en tant qu’État parrainant le terrorisme, action que les observateurs internationaux et de nombreux hommes politiques nord-américains, dont plusieurs conseillers de l’ancien président Barack Obama, ont qualifiée de fallacieuse et politisée, a rappelé de Morris.

Le législateur a également exhorté Biden à suivre l’exemple du Royaume-Uni, qui a, a-t-il manifesté, maintient une relation constructive avec l’île caribéenne qui a été bénéfique pour les deux parties.

Je crois qu’il y a des raisons tant pratiques qu’humanitaires pour que les États-Unis établissent des relations constructives avec Cuba, surtout au moment où le monde tente de se relever de la pandémie, celle qui, conjuguée au blocus et aux sanctions supplémentaires, a causé d’énormes dommages et d’innombrables difficultés au peuple cubain au cours des quatre dernières années, a-t-il souligné.

Morris est également l’un des signataires d’une motion par laquelle 58 parlementaires de différents partis politiques du Royaume-Uni ont demandé au gouvernement britannique d’intercéder auprès de Washington pour normaliser ses liens avec La Havane.

peo/jcm/nm/gdc