Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un scientifique d’Oxford critique la distribution inégale des vaccins

Londres, 19 mai (Prensa Latina) Le professeur de l’Université d’Oxford Andrew Pollard a critiqué hier le fait que des pays riches veuillent vacciner des enfants contre la Covid-19, alors que dans le monde sous-développé des millions de personnes ne peuvent être immunisées. 

Nous sommes dans une situation où beaucoup de personnes vulnérables dans le monde ne peuvent pas se faire vacciner parce qu’il n’y a pas assez de doses, alors que d’autres à faible risque, y compris des enfants, sont vaccinés, a déclaré Pollard, directeur du groupe qui a développé le vaccin AstraZeneca/Oxford, au Parlement britannique.

Selon ce qu’a déclaré le scientifique devant la commission parlementaire sur la Covid-19, l’inégalité actuelle dans la distribution globale du médicament contre la maladie provoquée par le SARS-CoV-2 compromet la sécurité sanitaire.

Une meilleure distribution réduirait la pression provoquée par les variantes du virus, a déclaré Pollard, qui a donné l’exemple de la situation que vivent actuellement certains pays d’Asie du Sud-Est où les nouvelles vagues provoquent des milliers de contagions et de décès par jour.

De l’avis du spécialiste, les personnes âgées de plus de 50 ans, les personnes souffrant de maladies chroniques qui les rendent vulnérables et les personnels de santé doivent être prioritaires pour recevoir un traitement.

Les États-Unis, où près de la moitié de la population a reçu au moins une dose, ont annoncé la semaine dernière qu’ils commenceraient à vacciner les enfants avant le début de la prochaine année scolaire, alors qu’au Royaume-Uni, ce mercredi, les personnes de 36 ans ont été invitées à réserver un tour pour recevoir l’administration de la première dose.

Le gouvernement britannique prévoit que d’ici la fin du mois de juillet tous les plus de 18 ans, soit environ 53 millions de personnes- auront eu la possibilité de s’immuniser contre la Covid-19.

À ce jour, plus de 36,8 millions de personnes au Royaume-Uni ont reçu la première dose et 20,5 millions ont reçu les deux injections recommandées.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans les pays riches, un habitant sur quatre a déjà reçu au moins une injection contre la Covid-19, alors que dans le monde sous-développé, la moyenne est d’un pour 500.

peo/mem/nm/gdc