Agence de Presse de l'Amérique Latine

Demande aux députés européens français de ne pas s’associer à l’agression contre Cuba

Paris, 8 juin (Prensa Latina) L’association de solidarité France Cuba a aujourd’hui exhorté les eurodéputés français à ne pas participer à une manœuvre de la droite du Parlement européen pour agresser l’île au sein de ce forum. 

Dans un message auquel Prensa Latina a eu accès, l’organisation qui soutient la révolution cubaine depuis six décennies a appelé les parlementaires français à rejeter catégoriquement ce mardi le point introduit dans le but de condamner le pays caribéen avec la question des droits de l’Homme comme fer de lance.

Nous les invitons à voter contre la motion, parce la soutenir violerait effectivement les droits de l’Homme du peuple cubain et encouragerait une politique extraterritoriale d’un pays étranger qui porte préjudice aux propres intérêts de la France, a manifesté l’association en allusion au blocus économique, commercial et financier des États-Unis et son impact global.

Des eurodéputés des groupes Renew Europe et Parti Populaire Européen, surtout espagnols, ont réussi, avec le soutien de l’extrême droite, à porter à l’assemblée plénière prévue aujourd’hui un projet de motion portant des accusations sur le respect des droits de l’Homme sur l’île, manœuvre visant à affecter l’accord de dialogue politique et de coopération entre la plus grande des Antilles et l’Union Européenne (UE).

Selon France Cuba, l’initiative s’inscrit dans le cadre des agressions des États-Unis contre l’île, qui comprennent près de 60 ans de blocus économique.

L’association a dénoncé le siège de Washington et son impact sur l’exercice des droits de l’Homme des habitants du pays caribéen.

Elle a également dénoncé le caractère extraterritorial du blocus et les préjudices qu’il cause aux entreprises et banques des nations de l’UE et en particulier de la France.

Le message aux eurodéputés français rappelle la solidarité déployée par Cuba au niveau mondial en ces temps de pandémie de la Covid-19, notamment avec l’envoi de brigades médicales dans des dizaines de pays et territoires, dont Andorre, l’Italie et la Martinique, un département d’outre-mer français.

Nous vous demandons également de garder à l’esprit que sur l’île plus de 80 pour cent de ses électeurs ont ratifié en 2019 la nouvelle Constitution de la République, qui définit le modèle socio-économique de cette nation souveraine, a ajouté l’association française.

peo/Jha/wmr