Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des experts prédisent un avenir sombre pour le Liban

Par Armando Reyes Calderín

Beyrouth, 19 juillet (Prensa Latina) Plusieurs experts ont annoncé aujourd'hui un avenir politique sombre pour le Liban en raison de l'aggravation de la crise économique et financière consécutive à la démission du Premier ministre désigné Saad Hariri. 

L'analyste politique Kassem Kassir a prévu que la démission de Hariri plonge le pays dans l'incertitude et a évoqué trois scénarios possibles.

« La première possibilité est un accord sur un candidat au poste de chef de gouvernement avec une approbation interne et externe qui puisse former l’exécutif dont le pays est dépourvu depuis le 10 août 2020 », a-t-il déclaré.

Il s'agit d'une probabilité faible mais possible, même si cela devait se produire, il pourrait y avoir un certain soulagement jusqu'aux élections parlementaires prévues en 2022, a-t-il estimé.

D'autre part, le cabinet intérimaire dirigé par le Premier ministre Hassan Diab pourrait rester en place et aurait alors la tâche difficile d'éviter un effondrement total en raison de la détérioration croissante de la situation socio-économique.

Quant à la troisième possibilité, a anticipé par le spécialiste, elle consiste en une débâcle générale et un chaos d'insécurité qui conduiraient à un gouvernement militaire.

Pour éviter cette dernière, les puissances régionales et internationales tenteront d'accroître la pression sur la classe dirigeante afin de trouver une solution négociée et d'éviter une catastrophe.

Un jour après que Hariri ait renoncé à ses efforts pour nommer une équipe gouvernementale, le chef de l'armée, le général Joseph Aoun, a mis en garde contre une aggravation de la situation intérieure qui pourrait conduire à une insubordination civile pure et simple.

« La crise va s'aggraver au fur et à mesure que les pénuries et les carences alimentent les tensions politiques et sociales », a-t-il averti.

« Il y a une confiance dans les Forces armées libanaises, que la perception populaire voit comme l'une des rares institutions décentes et génératrices d'unité », a-t-il estimé.

Au lendemain de la guerre civile de 1975-1990, une répartition équitable des postes entre les principales sectes confessionnelles du pays a permis de compenser les différences de classe et de religion.

« Ils nous font confiance au niveau interne, et la communauté internationale aussi », a considéré le général Aoun.

Cependant, la période récente n'a pas non plus été favorable aux militaires, qui connaissent des difficultés économiques et recourent à des variantes afin de fournir l'essentiel à leurs familles.

Le mécontentement a été provoqué par la dévaluation de plus de 100 % de la monnaie nationale, qui a rendu les salaires des officiers et des soldats sans valeur et dont beaucoup ont accepté des emplois supplémentaires ou ont démissionné.

« Notre responsabilité est grande en cette période et nous devons préserver la sécurité de la nation, sa stabilité et empêcher le chaos », a déclaré Aoun.

Professeur d'Économie et de Relations internationales à l'Université Saint Joseph, Sami Nader est pour sa part pessimiste quant à la formation d'un gouvernement libanais capable d'ouvrir la voie à l'aide promise par la communauté internationale.

« Je ne vois pas de premier ministre ou de nouveau cabinet à court terme », a-t-il déclaré, commentant l'absence d'un candidat similaire à Hariri au sein de la communauté musulmane sunnite, l'une des conditions stipulées par la constitution libanaise pour assumer ce poste.

Toutefois, a-t-il ajouté, si Hariri avait formé un exécutif, il n'aurait pas non plus résolu les problèmes du pays, comme il a échoué dans tous ses gouvernements précédents.

S'il avait installé un cabinet effectif, a-t-il signalé, « cela lui aurait au moins donné une chance de stopper l'effondrement national imminent, car avec le soutien de la France, son équipe aurait pu libérer une partie de l'aide financière internationale conditionnée par des réformes structurelles ».

peo/jcc/mv/arc