Agence de Presse de l'Amérique Latine

Critique d’un accord entre le Royaume-Uni et la France pour freiner l’immigration

Londres, 22 juillet (Prensa Latina) La députée travailliste britannique Lisa Nandy a critiqué hier le récent accord signé par les gouvernements britannique et français pour tenter d’endiguer le passage des migrants à travers la Manche. 

Dans des déclarations à la chaîne Sky News, la députée d’opposition a estimé que payer les autorités françaises pour qu’elles déploient davantage de policiers sur leurs plages et acquièrent de nouvelles technologies de surveillance ne résoudrait pas le problème.

Ce qu’il faut en réalité, c’est un plan adéquat de coopération internationale qui garantisse des itinéraires sûrs aux migrants qui cherchent à retrouver leur famille au Royaume-Uni, qui est l’une des raisons pour lesquelles ils viennent, a déclaré Nandy, qui est également la ministre des Affaires étrangères du dénommé cabinet de l’ombre.

Le gouvernement britannique a annoncé avant-hier soir que la ministre de l’Intérieur a signé avec son homologue français, Gérald Darmanin, un nouvel accord pour tenter d’endiguer la vague croissante d’immigrants qui profitent des bonnes conditions climatiques pour s’aventurer à traverser la Manche en embarcations précaires.

Le document prévoit que Londres paiera près de 55 millions de livres sterling (environ 74 millions de dollars) pour que la police française redouble ses patrouilles sur la côte nord de ce pays et installe des équipements de surveillance.

Cependant, estimant que cette méthode avait déjà été testée dans le passé et n’avait pas donné de résultats, Nandy a exhorté le gouvernement conservateur britannique à revoir son système d’octroi d’asile et à rechercher une coopération internationale pour interpeler les trafiquants d’êtres humains.

La vice-ministre britannique de l’Intérieur, Victoria Atkins, a, quant à elle, défendu l’accord et a assuré qu’un accord similaire signé l’année dernière avait empêché environ 7500 migrants d’arriver dans le pays par cette route dangereuse.

La fonctionnaire a également indiqué que le gouvernement s’emploie à durcir le système d’asile par le biais d’un projet de loi qui, s’il était adopté, permettrait d’envoyer des immigrants dans des pays tiers pendant le traitement de leurs demandes.

Atkins a également estimé que les personnes qui arrivent sur le continent européen devraient demander l’asile dans ces pays avant d’essayer de passer au Royaume-Uni.

Au moins 430 immigrants sont arrivés lundi dernier sur la côte sud de l’Angleterre, ce qui représente le chiffre le plus élevé pour une seule journée.

Selon des données extra-officielles, plus de 8000 migrants seraient arrivées au Royaume-Uni via la Manche depuis le début de l’année.

peo/mem/nm