Articles

"Cuba ne ferme pas ses frontières, mais renforcera le contrôle"

La Havane, 30 novembre (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Díaz-Canel a déclaré aujourd'hui que le pays ne fermera pas les frontières, mais renforcera le contrôle des voyageurs internationaux compte tenu de l'apparition du nouveau variant du coronavirus connue sous le nom d'Omicron.

"Cuba adoptera des mesures pour préserver ce que nous avons obtenu", a écrit le président sur son compte Twitter en partagéant une note d'information du ministère de la Santé publique (Minsap) avec de nouvelles procédures pour les personnes arrivant dans le pays à partir du 4 décembre.

Mardi les autorités sanitaires ont annoncé la décision d'exiger un document officiel validant une immunisation complète pour les visiteurs en provenance du Botswana, du Mozambique, du Lesotho, de l'Afrique du Sud, de la Namibie, du Malawi, du Zimbabwe et d'Esuatini, pays où la souche a déjà été signalée.

Des échantillons seront également prélevés pour la PCR à l'arrivée et devront présenter un résultat négatif du dernier test effectué 72 heures avant le voyage sur l'île des Caraïbes.

Les voyageurs seront placés en quarantaine pendant sept jours dans un hôtel de quarantaine. Ils devront payer leurs frais d'hébergement et de transport.

Une deuxième PCR sera effectuée le sixième jour dans l'établissement et, si le test est négatif, ils pourront sortir le septième jour, a dit Francisco Duran, directeur national de l'épidémiologie, lors d'une conférence de presse.

Les voyageurs en provenance d'Israël, de Belgique, de Hong Kong, d'Égypte, de Turquie et d'autres pays d'Afrique subsaharienne se conformeront également à ces mesures, à l'exception de la quarantaine et d'une deuxième PCR.

jcc/gaz/lrg