Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba, alternative aux grandes entreprises pharmaceutiques

New Delhi, 11 janvier (Prensa Latina) Cuba montre par sa solidarité à travers le transfert de technologie et la livraison de vaccins aux pays en développement une alternative à l’hégémonie des grandes compagnies pharmaceutiques, a estimé le portail indien People Dispatch.

Le pays caribéen a complètement vacciné plus de 85 pour cent de sa population, plus que la plupart des pays riches, y compris les États-Unis, malgré le blocus commercial que Washington impose à l’île depuis six décennies, a souligné le site.

Dans le même temps, l’Union européenne, le Royaume-Uni et les États-Unis n’ont réussi à vacciner complètement que 60 à 70 % de leur population, a souligné la publication.

Peoples Dispatch a également souligné que Cuba a réussi à développer avec succès cinq vaccins nationaux, dont Abdala, Soberana 02 et Soberana Plus qui sont approuvés et utilisés, tandis que les deux autres, Soberana 01 et Mambisa sont toujours en phase d’essai clinique.

L’un des avantages des vaccins cubains est qu’ils sont basés sur la technologie traditionnelle de la sous-unité protéique, ce qui facilite leur utilisation car ils peuvent être conservés dans des réfrigérateurs ou y compris à température ambiante.

De même, les scientifiques cubains travaillent sur le premier prototype de Soberana Plus comme vaccin efficace contre le variant Omicron.

Cuba a non seulement réussi à vacciner la majorité de sa population, y compris les enfants, mais a également commencé à envoyer des vaccins à d’autres pays qui les ont approuvés.

Le Venezuela, le Viêtnam, l’Iran, le Nicaragua, l’Argentine et le Mexique ont approuvé les vaccins cubains ou ont exprimé le souhait de le faire.

Le succès de la campagne de vaccination à Cuba repose sur une industrie biopharmaceutique développée, détenue par l’État, qui répond aux besoins nationaux en médicaments et produits médicaux, tout en les maintenant abordables pour toute la population.

Tout cela malgré le blocus imposé par les États-Unis, dont les sanctions paralysent non seulement l’économie cubaine et affectent sa population, mais aussi les entrées de matières premières pour le développement de vaccins et de tests diagnostics.

Cuba fournit ses vaccins et la technologie nécessaire pour les produire en contraste total avec les grandes sociétés pharmaceutiques des pays développés qui refusent de partager leur savoir et connaissance.

La plupart des pays riches s’opposent en outre à la proposition de dérogation qui demande de ne pas mettre en œuvre les dispositions concernant les brevets de médicaments, vaccins et produits médicaux essentiels en temps de pandémie.

peo/mem/abm