Articles

Cuba exhorte à corriger les inégalités sociales

La Havane, 18 janvier (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a appelé aujourd’hui à corriger les inégalités sociales découlant de la pandémie de Covid-19, et ce suite à la publication d’un rapport d’Oxfam sur l’accroissement des écarts entre les riches et les pauvres dans ce contexte.

Sur son compte du réseau social Twitter, Rodriguez a indiqué que, selon le document, depuis l'apparition du coronavirus SARS-CoV-2, la richesse des 10 personnes les plus riches a doublé, tandis que plus de 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté.

"Il faut corriger l’inégalité honteuse qui perpétue le fossé entre les pauvres et les riches", a écrit le chef de la diplomatie cubaine sur la plate-forme numérique.

Selon le rapport d'Oxfam, les inégalités tuent, les revenus de 99 % de l’humanité se sont détériorés à cause de la Covid-19, alors que 252 personnes possèdent plus de richesses que les femmes et filles d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes.

Parmi les causes du phénomène, il mentionne la "violence économique", provoquée par des décisions politiques au niveau structurel en faveur des plus riches et des plus puissants, ce qui nuit directement à l’ensemble de la population et affecte en particulier les personnes les plus démunies.

Les inégalités contribuent à la mort d’au moins une personne toutes les quatre secondes. Cependant, nous avons l’occasion de réformer radicalement nos modèles économiques pour qu’ils soient fondés sur l’égalité, souligne le document.

Le rapport souligne que l’extrême richesse doit être abordée à partir de l’application d’une fiscalité progressive, d’investissements dans des mesures publiques ayant fait leurs preuves pour éliminer les inégalités et qu'il est nécessaire de transformer les dynamiques de pouvoir au sein de l’économie et de la société.

"Si nous montrons la volonté nécessaire et écoutons les mouvements qui exigent des changements, nous pourrons créer une économie dans laquelle personne ne vivra dans la pauvreté, ni dans une richesse inimaginable : une économie où les inégalités cessent de tuer", souligne le document.

peo/mem/Lrg