Articles

Le processus de paix est essentiel au progrès de l'Éthiopie

La Havane, 23 novembre (Prensa Latina) La conclusion du processus de paix, récemment convenu entre le gouvernement et l'insurrection du Tigré, est essentielle pour doper le progrès en Éthiopie, a déclaré mercredi son ambassadeur à Cuba, le Dr. Genet Teshone.

Le diplomate a évoqué l'accord scellé en Afrique du Sud le 2 novembre entre le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) et l'administration du Premier ministre Abiy Ahmed pour mettre fin à un conflit brutal qui a dévasté la région du nord et certaines parties des districts Afar et Amhara.

L'économie éthiopienne était en plein essor avec une croissance soutenue à deux chiffres depuis plusieurs années avant l'éclatement du Covid-19. Et c'est au cœur de cette crise aigüe que la guerre dite du Tigré a éclaté il y a deux ans, d’après le chef de mission.

Depuis lors, l'économie s'est effondrée et le pays a plongé dans une grave crise due aux dommages combinés de la pandémie et des hostilités de la guerre, sans compter les effets du changement climatique et maintenant le conflit en Ukraine.

"C'est pourquoi le processus de paix est si critique et si important pour nous, car le gouvernement s'est fixé comme priorité d'avancer sur le front économique et de sortir des centaines de milliers d'Éthiopiens de la pauvreté abjecte", a-t-il déclaré.

Grâce aux efforts de médiation de l'Union africaine et de personnalités éminentes telles que les anciens présidents du Nigeria, du Kenya et de l'Afrique du Sud, le TPLF a accepté de négocier auprès du gouvernement, et le traité de paix a été conclu après dix jours de négociations à Johannesburg et à Pretoria.

L'accord devrait apporter la paix non seulement à l'Éthiopie, mais aussi à l'ensemble de la région. Il prévoit la cessation des hostilités, le désarmement, la démobilisation et la réintégration des combattants du TPLF dans la société.

"Le traité réaffirme également que le pays n'a qu'une seule force de défense, ce qui est d'une importance capitale".

Le diplomate a ensuite expliqué que depuis que le TPLF avait pris le contrôle du gouvernement du Tigré par le biais d'élections anticonstitutionnelles, puisque seul le National Election Board est qualifié pour organiser des élections dans le pays, l'organisation avait accepté de mettre en place une autorité transitoire inclusive dans laquelle tous les partis du comté sont représentés.

Un point clé est l'admission que le gouvernement par intérim du Tigré est inconstitutionnel et doit cesser de fonctionner.

Le troisième résultat important est la justice transitionnelle, puisqu'il a été convenu qu'une enquête serait menée et que tous ceux qui ont commis des atrocités et des transgressions des droits de l'homme seraient tenus responsables de leurs crimes et transgressions.

En outre, le traité abordera les misères humaines provoquées par la guerre. Une fois que les hostilités ont cessé, l'aide humanitaire peut être dispensée.

"De manière générale, la paix est essentielle pour le pays car elle est censée relancer l'économie et mettre en œuvre des projets sociaux contrant la pauvreté", a manifesté l'ambassadeur.

Le Tigre reviendra de ce fait à l'ordre constitutionnel qui y a été faussé depuis le début du conflit, a conclu le diplomate.

jcc/mem/mh