dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des journalistes vénézuéliens dénoncent l’ingérence étrangère

Caracas, 18 octobre (Prensa Latina) La Plateforme des Journalistes et Communicants du Venezuela a condamné les manœuvres étrangères d’ingérence à l’encontre de ce pays qui tentent d’ignorer et de contester les résultats des élections régionales réalisées dimanche dernier.

« Le propre mandataire impérial, Donald Trump ; le pantin courtisan Luis Almargo, secrétaire général de la discréditée OEA (Organisation des États Américains) ainsi que les gouvernements soumis et traitres envers les peuples de notre Amérique comme ceux de Colombie, du Chili, du Brésil, du Costa-Rica, du Paraguay, du Honduras, du Mexique et du Panama, ont prétendu ne pas reconnaître les résultats électoraux que le peuple vénézuélien a exercé en faveur de la Révolution », est-il signalé dans un communiqué du groupe.

« La plainte est dirigée contre la campagne médiatique de désinformation menée par les gouvernements des États-Unis et de l’Espagne qui prétendent occulter la réalité des événements internes du Venezuela. Dans ce cas précis, les élections régionales qui ont enregistré une participation historique dans ce type de scrutin avec 61,14 pour cent des inscrits », est-il ajouté.

Le document de cette association souligne que « la Plateforme des Journalistes et Communicants du Venezuela rejette la brutale campagne d’agression contre notre peuple et notre gouvernement, et nous exigeons le respect à notre autodétermination ».

Il y est précisé que « le gouvernement colombien, dont la fausse commune est la plus grande d’Amérique, conjointement avec ceux du Mexique, du Chili, dont la Constitution est héritée du dictateur sanguinère Augusto Pinochet, de Temer (Brésil) et avec leurs acolytes du Honduras, du Paraguay et du Costa-Rica, prétendent donner une leçon de démocratie alors qu’ils ont poursuivi et assassiné des dirigeants politiques, syndicaux, paysans, indigènes, étudiants et des journalistes ».

peo/tgj/lb

EN CONTINU
notes connexes