lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Gouvernement du Venezuela demande à des concitoyens émigrés de revenir

Caracas, 27 août (Prensa Latina) Le Gouvernement du Venezuela a demandé à ses concitoyens qui ont émigré vers d´autres pays lors des derniers mois de revenir sur le territoire national et de participer au programme de récupération de l´économie mis en place par l´Exécutif.

Lors d´une conférence de presse au siège gouvernemental du Palais de Miraflores, à Caracas, le vice-président de la Communication, de la Culture et du Tourisme, Jorge Rodriguez, a assuré que de nombreux vénézuéliens qui ont émigré pour des raisons économiques reviendraient au pays.

« Je dis au vénézuéliens qui sont partis du pays, qu´ils seront toujours la bienvenue ici; dans peu de temps nous verrons les résultats positifs de ce programme de récupération économique », a-t-il assuré.

Celui qui est également ministre la Communication et de l´Information a estimé que le thème de la migration vers d´autres pays de la région est utilisé par des gouvernements de la zone, ainsi que par certains organismes internationaux, qui la qualifie de crise humanitaire.

« Curieusement, personne n´a parlé de la migration de colombiens et brésiliens qui reçoivent des soins médicaux et une éducation gratuite au Venezuela, et qui sont en plus reçus les bras ouverts par le peuple », a-t-il assuré en rejetant l´augmentation des agressions politiques, xénophobes et médiatiques contre son pays.

Il a rappelé que les autorité de l´État de Bolivar et la Force Armé Nationale Bolivarienne se sont occupés des vénézuéliens revenus au pays après avoir été agressés au Brésil en raison d´une prétendue attaque contre un commerçant brésilien, qui a ensuite été confirmée être une fausse information.

Rodriguez a dénoncé le fait que les réseaux de délinquants de la frontière colombo-vénézuélienne ont été impliqués dans l´achat des dénommés carnets de la patrie, et ce dans le but de les utiliser pour pouvoir continuer leur contrebande de combustible.

« Nous avons annulé la validité de ces documents, et les personnes qui les ont vendus ne profiteront plus du bénéfice de cette allocation, ni d´aucune autre qui y soit liée », a-t-il signalé en précisant que cette vente de documents est un délit.

Le Carnet de la Patrie est un instrument créé par l´Exécutif national pour optimiser les programmes de protection sociale destinés au peuple, et par lequel sera mise en place la distribution directe des hydrocarbures internes pour les propriétaires de véhicules.

Quant aux actions concernant la récupération économique, Rodriguez a informé que le Gouvernement tient depuis vendredi des réunions avec les secteurs entrepreneuriaux dans le but de trouver un accord sur les prix de produits comme les médicaments, ceux d´hygiène personnelle, les vêtements, chaussures et autres … 

Il a signalé que ces réunions continuent compte tenu des résultats positifs obtenus lors de l´accord avec des représentants du secteurs agroindustriel pour établir les prix de 25 produits alimentaires, ainsi que celui trouvé avec les transporteurs du pays.

peo/mv/wup

EN CONTINU
notes connexes