mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Chomsky: « Si l’on respecte le droit, Lula devrait être le prochain président du Brésil »

Brasilia, 1er octobre (Prensa Latina) En droit, Lula devrait être le prochain président du Brésil, a déclaré le célèbre intellectuel et militant étasunien, Noam Chomsky, après sa visite à l’ancien président de la République du Brésil incarcéré dans la ville de Curitiba depuis 172 jours.

Ces déclarations ont été faites jeudi dernier peu après la sortie de Chomsky du Commissariat Central de la Police Fédérale (PF) de la capitale de l´´Etat du Parana où Lula se trouve emprisonné. « Cette nouvelle rencontre a été une expérience merveilleuse », a déclaré l’intellectuel nord-américain aux journalistes.

On ne rencontre pas tous les jours un personnage aussi extraordinaire du XXIème siècle, a précisé Chomsky, qui est également professeur de linguistique à l’Institut Technologique du Massassuchetts (connu sous l’acronyme de MIT), dans l’entretien accordé au quotidien digital Brasil 247. Lula est une véritable source d’énergie, a-t-il ajouté.

Dans un message transmis par la suite aux participants de la veillée Lula Libre, qui se sont installés autour du Commissariat Central de Curitiba le jour même de l’incarcération de Lula, Chomsky a répété que le Brésil vivait en ce moment une période terrible de son histoire.

Il a insisté sur le fait que les Brésiliens ont une élection extrêmement importante en octobre prochain et qu’ils ont entre les mains le pouvoir de changer le cours de l’histoire.

Noam Chomsky est arrivé la semaine dernière au Brésil pour prendre part au séminaire international « Menaces sur la Démocratie et l’Ordre Mondial Multipolaire », organisé à Sao Paulo par la Fondation Perseu Abramo, du Parti des Travailleurs (PT).

Au cours de cette rencontre, Chomsky a rappelé qu’il avait eu le privilège de connaitre Lula il y a 20 ans et qu’il avait été très impressionné par lui, sentiment qui ne l’a jamais quitté.

Au Brésil, il existe des problèmes avec la démocratie, des problèmes majeurs, a-t-il insisté dans une autre partie de son intervention.

Lundi dernier, lors d’une rencontre avec des journalistes réalisée par le Centre d’Études Baron de Itararé sur les Moyens de Communication Alternatifs, Chomsky a rappelé que, pendant la présidence de Lula, le Brésil était devenu l’un des pays les plus respectés au monde.

« Lula a alors joué un rôle primordial. Il a réorganisé les pays du sud d’une manière tout à fait inédite », a-t-il affirmé avant de souligner que le Parti des Travailleurs devrait pouvoir à nouveau remporter les élections de cette année.

Le célèbre linguiste, qui fêtera ses 90 ans en décembre, a également expliqué le rôle partial joué par les médias aux mains des grandes compagnies et des forces politiques de droite pour s’attaquer aux gouvernements de gauche et de centre-gauche qui ont été au pouvoir ces dernières années et il a assuré que cela n’aurait pu se passer ni aux États-Unis, ni au Royaume-Uni.

Dans les soi-disant « pays libres », cela n’arriverait jamais: une presse et des médias uniformément et totalement contre les gouvernements, serait un comportement inacceptable, a-il fait remarquer.

peo/agp/mpm

EN CONTINU
notes connexes