mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Bombardement de la Coalition dirigée par les États-Unis dans la province d’Arbil, en Irak

Bagdad, 12 novembre (Prensa Latina) Des avions de la Coalition menée par les Etats-Unis ont, samedi dernier, bombardé en Irak des positions du groupe terroriste État Islamique (DAESH).

Les attaques se sont concentrées sur le mont Qarachogh, où, croit-on, quelques 300 terroristes se sont réfugiés et qui, d’après les services de renseignement, préparaient une offensive dans cette zone.

Devant cette situation, les forces armées du Kurdistan, les Peshmergas, se sont mises en état d’alerte  et se préparent à empêcher toute attaque des terroristes contre la localité de Makhmour.

Un commandant kurde, MuzafarJaafar, a confirmé les informations selon lesquelles les terroristes préparaient cette offensive et a expliqué que le manque de présence militaire kurde et gouvernementale rendait très vulnérable cette région de l’Irak.

Depuis le 16 octobre dernier, date à laquelle l’Armée irakienne a remplacé les peshmergas, la coordination entre l’Armée kurde et l’Armée irakienne laisse à désirer et une bonne partie du territoire est incontrôlé, a expliqué Jamal Imnik, le chef de l’État-Major des forces armées d’Erbil.

Les autorités de la région autonome du Kurdistan et le Gouvernement irakien se disputent la zone qui a été bombardée samedi, et les cellules dormantes des terroristes tirent parti de cette dispute pour commettre des vols, des assassinats puis prendre des otages.

En décembre dernier, le Gouvernement irakien a déclaré que l’État Islamique avait été vaincu, mais il reste encore de nombreux terroristes en activité qui poursuivent leurs attentats et leurs sabotages dans les parties les plus reculées du pays et dans les villes importantes.

peo/tgj/arc

EN CONTINU
notes connexes