samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La France décerne le premier Prix Simone Weil à une Camerounaise

Paris, 8 mars (Prensa Latina) Le président de la République Française, Emmanuel Macron, a aujourd’hui remis le prix Simone Weil à Aïssa Doumara Ngatansou, une camerounaise qui se trouve à la tête d’une association pour aider les femmes victimes de viols et de mariages forcés dans son pays.

En cette Journée Internationale de la Femme, la France a octroyé pour la première fois ce prix qui a été créé pour récompenser les actions entreprises pour aider les femmes dans n’importe quel pays de la planète.

Los de la remise du prix au Palais de l’Elysée, le président a déclaré que « beaucoup de femmes sont aux premières lignes dans ce combat, mais c’est la société toute entière qui devrait se mobiliser derrière elles, y compris les hommes ».

Macron a précisé que, cette année, lorsque la France occupera la présidence tournante du G.7, elle lancera, au niveau international, des initiatives en faveur des femmes sur des sujets concrets comme, par exemple, l’éducation des jeunes filles.

Le pays, a-t-il ajouté, destinera une somme de 120 millions d’euros afin de  soutenir les actions gouvernementales pour promouvoir l’égalité des genres dans le monde entier, et, en particulier, dans les pays du Sud.

Le président a aussi tenu à rendre hommage à la lauréate du prix qui, « a donné 20 ans de sa vie pour travailler en silence à améliorer le sort des femmes en luttant contre le poids des anciennes pratiques et croyances. C’est un exemple de courage qui mérite d’être salué ».

Aïssa Doumara Ngatansou, émue, a reçu le prix et l’a dédié à « toutes les femmes, victimes de violence et de mariages forcés et à toutes les survivantes de Boko Haram (groupe terroriste) ».

Cette année, la France a créé le prix Simone Weil en hommage à cette femme politique française célèbre décédée en 2017. Elle était admirée de tous pour ses luttes en faveur des femmes et pour les lois qu’elle fit voter lorsqu’elle occupait un poste ministériel dans les années 1970, dont notamment la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse.

peo/mv/lmg

EN CONTINU
notes connexes