mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´état de santé d´Assange oblige la justice britannique à ajourner son audience

Londres, 30 mai (Prensa Latina) La justice britannique a aujourd´hui ajourné la seconde audience orale concernant la demande d´extradition des États-Unis contre Julian Assange, et ce en raison du mauvais état de santé du fondateur du site digital WikiLeaks.

« Il ne se trouve pas très bien », a admis au sujet de son état de santé la juge de la Cour des Magistrats de Westminster, Emma Arbuthnot, en annonçant le report de l´audience au 12 juin prochain.

Gareth Peirce, l´un des avocats d´Assange, a de son côté signalé que son client « se sent en réalité très mal ».

Le propre site WikiLeaks a aujourd´hui alerté par un communiqué que le journaliste australien a été transféré ce jeudi au sein de l´hôpital de la prison londonienne où il est détenu en raison de son état de santé critique.

Après avoir rappelé qu´Assange a passé sept ans enfermé dans l´ambassade équatorienne de Londres, dans des conditions incompatibles avec les droits de l´Homme, la plateforme digitale a signalé que son fondateur « a perdu énormément de poids, et de manière dramatique » lors des sept semaines de son emprisonnement au centre pénitencier de Belmarsh .

« La décision des autorités pénitentiaires de le transférer à l´hôpital de la prison parle d´elle-même », affirme le texte diffusé par le biais du réseau social Twitter.

Tout comme lors de l´audience précédente du 2 mai dernier, des sympathisants du cyber-activiste se sont rassemblés face au tribunal de Westminster pour exiger sa libération.

« Belmarsh est Guantanamo! », scandaient les manifestants, en allusion à la prison située sur l´île de Cuba et où les États-Unis enferment illégalement de prétendus terroristes sans aucun droit à un jugement.

Le cyber-activiste a été arrêté le 11 avril dernier par des agents de Scotland Yard à l´intérieur de la légation diplomatique équatorienne, après que le gouvernement du pays sud-américain ait décidé de lui retirer le statut de réfugié politique octroyé en 2012.

Présenté devant une cour britannique, il a été condamné à 50 semaines de prison pour avoir violé les termes de sa libération sous caution concédée en 2010, et liée à un ordre de détention émis par la Suède au sujet d´une enquête sur de prétendus délits sexuels.

Ce dossier suédois a été classé en 2017, mais vient d´être rouvert par les autorités nordiques en raison de la nouvelle condition de détention d´Assange.

En plus d´être requis par la justice suédoise, le journaliste australien fait également l´objet d´une sollicitude d´extradition de la part des États-Unis, où l´on souhaite le juger pour avoir divulgué des centaines de milliers d´archives secrètes de la diplomatie et de l´Armée de ce pays.

S´il est envoyé aux États-Unis, Assange serait alors jugé sous la Loi d´Espionnage, qui date de la première guerre mondiale et dont l´usage est plus que critiqué ; éventuellement reconnu coupable des 17 chefs d´accusation à son encontre il pourrait être condamné jusqu´à 175 ans de prison. 

peo/tgj/nm

EN CONTINU
notes connexes