dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Syrie dénonce à l’ONU la politique d’invasion des États-Unis et d’Israël

Nations Unies, 28 juin (Prensa Latina) Le Représentant permanent de la Syrie auprès de l’ONU, Bashar Al Jaafari, a assuré hier que la politique des États-Unis encourage Israël à continuer d’envahir et d’occuper les territoires arabes.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité, il a indiqué que la position de Washington et Tel-Aviv, qui est de ne pas respecter le droit international, pose de graves problèmes au Moyen-Orient.

Israël a récemment annoncé la future construction de colonies de peuplement dans le Golan syrien occupé, souhaitant les appeler Hauts Plateaux de Trump, a dénoncé l’ambassadeur.

Mais après plus de 50 ans d’occupation illégale de Tel-Aviv dans cette zone, le Conseil de Sécurité de l’ONU reste silencieux et les États-Unis continuent de ne pas respecter les résolutions de cet organe et encouragent Israël à ne pas non plus le faire.

Mon pays, qui est l’un des membres fondateurs de l’ONU, est convaincu de l’importance de la diplomatie multilatérale et du droit international, a souligné le représentant syrien.

C’est pourquoi le Gouvernement de Damas réaffirme qu’il est prêt à coopérer avec l’envoyé spécial de l’ONU, Geir Pedersen, au processus de dialogue, qui doit être mené par les Syriens.

En ce qui concerne la création future d’un Comité Constitutionnel, Al Jaafari a indiqué que ce n’était que la pointe de l’iceberg, car sans l’appui du Gouvernement syrien et sans mettre fin à la présence de terroristes et des forces militaires illégales, toute voie politique sera une alternative sans avenir, a-t-il souligné.

L’ambassadeur a de nouveau dénoncé la façon dont certains dénaturent et utilisent les efforts humanitaires dans la nation du Levant en fonction d’intérêts mesquins.

Il a indiqué que 27 organisations non gouvernementales travaillent en Syrie avec l’approbation du Gouvernement de Damas, mais que certains pays envoient des groupes de renseignement sous prétexte d’activités humanitaires.

Pour sa part, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a déclaré au Conseil de Sécurité qu’une approche de coopération est nécessaire pour lutter contre le terrorisme dans ce pays et assurer la protection des civils.

Il a également évoqué la situation inquiétante dans la région d’Idleb, en raison des attaques continues.

Pedersen a reconnu la présence dans cette zone de l’organisation terroriste Hayat Tahrir al-Sham (HTS), responsable de nombreuses agressions.

De même, il a souligné la nécessité de protéger les civils et leurs infrastructures et de s’attaquer au scénario complexe des déplacés et des réfugiés syriens.

peo/rgh/ifb

EN CONTINU
notes connexes